17 janv. 2018

De Yalta à l'ONU

En 1945 la Conférence de Yalta est une grande victoire diplomatique pour Staline. L'URSS pourra étendre sa domination sur toute l'Europe de l'Est. Quelques mois plus tard l'Organisation des Nations Unies est créée.

En 1982 Komar et Melamid vivent depuis quelques années à New York en un duo d'artistes qui signent ensemble leurs oeuvres de mixed media. Leur message de dérision politique avait fini par rendre insoutenable leur activité en Russie.

Dans la suite du surréalisme et du dadaïsme, Vitaly Komar mélange les époques en confrontant les idoles du régime Soviétiques avec des figures plus anciennes comme Karl Marx ou George Washington. Le souvenir mélangé des chromos de sa chambre d'enfant lui font imaginer la moustache de Staline sur les lèvres de la Joconde.

Dans son enfance l'image du Père des Peuples était omniprésente. C'est pourtant à New York qu'il a vu pour la première fois la très célèbre photo officielle de Yalta, confrontant les personnages symboliques de la tyrannie, de la démocratie et de la monarchie.

En 1982 Komar et Melamid peignent Yalta Conference, tempera et huile sur toile 102 x 76 cm, invendue à Macdougall's le 7 juin 2017 sur une estimation basse de £ 80K.

Staline est assis à droite dans un style de réalisme Soviétique. Roosevelt à gauche a la tête du E.T. de Spielberg, loin des réalités de notre monde. Il est parfaitement reconnaissable à son attitude et à la position de ses mains, copiées de la photo de Yalta. Churchill est absent : en 1982 la Grande-Bretagne ne joue aucun rôle dans la confrontation des blocs. Derrière eux un Hitler narquois fait le geste du silence : le risque d'un retour de l'absolutisme n'est jamais écarté.

Le 27 janvier à Willoughby OH, Milestone Auctions vend une copie plus grande, 183 x 127 cm,  qui a été exposée en 1987 à la Documenta 8 de Kassel. Elle est estimée $ 800K avec une enchère de départ à $ 200K, lot 327C. Elle est datée 1982 par les artistes, probablement par référence à la date de la version originale.

Cette version dont l'historique d'expositions récentes est très important est le symbole du Réalisme Socialiste Nostalgique. Elle a été refusée dans un concours de peintures murales pour le bâtiment des Nations Unies sous prétexte que la figure de Staline est encore blessante pour certaines nations.