2 janv. 2018

Vues dans la Campagne Romaine

Venu de sa Lorraine natale, Claude Gellée est embauché comme cuisinier à Rome par un artiste. Il découvre son propre talent de dessinateur et de peintre et est surnommé Le Lorrain.

Sa spécialité de peinture de ports imaginaires est originale et attractive et suscite des imitations. A partir de 1634 il copie ses peintures dans des dessins qui constituent son Liber Veritatis et lui permettent jusqu'à sa mort en 1682 d'authentifier ses oeuvres. Pour mieux simuler l'original il fait un large usage du lavis.

Pendant toute sa vie Claude dessine pour son propre plaisir. Parmi ses 1200 dessins, très peu sont destinés à son commerce. De 1640 à 1642 il commence à utiliser sa technique du lavis dans des vues de la campagne Romaine. Les esquisses réalisées en plein air avec une grande précision topographique sont terminées ou copiées par l'artiste dans son atelier.

Dans sa passion Claude varie sa pratique, utilisant des papiers colorés ou préparant des papiers blancs par un fond de lavis de couleur claire. Il rehausse ou pas avec du blanc et souligne ou pas les contours avec un trait de plume ou de pinceau. Le choix de l'angle de vue, l'équilibre de la composition et les beaux contrastes confirment qu'il est un très grand artiste du vrai paysage.

Une vue 23 x 30 cm d'un paysage boisé non identifié utilise toutes les variantes de sa technique. Elle a été vendue pour 6,1M incluant premium par Christie's le 31 janvier 2013 sur une estimation basse de $ 500K.

Une vue 16 x 27 cm panoramique de la campagne Romaine est un exemple de l'utilisation du lavis pour créer l'ambiance sans ajout de traits ni de rehauts. Elle a été vendue pour £ 410K incluant premium par Sotheby's le 5 juillet 2016 sur une estimation basse de £ 150K.

Le 31 janvier à New York, Sotheby's vend une vue 23 x 35 cm de la vallée de l'Aniene avec les ruines d'un aqueduc entre Tivoli et Subiaco, lot 2 estimé $ 600K. Les doux contrastes bien délimités à l'encre brune sur un lavis rose pâle mettent en valeur la pierre et la vallée. L'équilibre de la composition est complété par des vols de bandes d'oiseaux et deux petits nuages de beau temps.

Ce dessin est signé au dos Claudio Gellée et marqué IV pour in urbe, signifiant qu'il a été réalisé en studio à Rome. Le titre localise un site qui reste parfaitement reconnaissable aujourd'hui. Il n'est pas daté mais une vue conservée au British Museum qui a été prise sur la même route avec des tons similaires est datée 1642.