16 mars 2018

Beauford Delaney au Village

Beauford Delaney est le fils d'un ministre Méthodiste de Knoxville TN et d'une ancienne esclave. Il reçoit de son environnement familial une hypersensibilité sociale accompagnée d'une fierté et d'une honnêteté qu'il conservera toute sa vie.

Les temps sont cependant durs pour un jeune Noir homosexuel, d'autant plus qu'il arrive à New York pendant la Grande Dépression de 1929. Il fréquente les clubs de jazz et les cafés et peint de nombreux portraits. Voulant échapper aux moqueries homophobes de ses amis de Harlem, il installe son atelier en 1936 à Greenwich Village.

Le Village rassemble tous les espoirs de ce jeune homme à peine sorti de la misère. Il peint l'ambiance de sa rue et de Washington Square avec des aplats de couleurs saturées dans un lourd impasto, sur un dessin schématisé à l'extrême. Son style inspiré de Van Gogh, Cézanne et Gauguin persuade le très jeune James Baldwin qu'un art Africain-Américain est possible.

Le 5 avril à New York, Swann vend une scène de rue au Village, huile sur toile 74 x 102 cm peinte en 1948, lot 33 estimé $ 150K.

Proche des élites du jazz mais très loin des cercles artistiques, Delaney s'établit en 1953 à Paris où il retrouve Baldwin devenu un écrivain célèbre de la dignité homosexuelle. Son art est d'abord bien accueilli à Montparnasse mais ses dernières années sont minées par l'alcoolisme et la misère. Son éloignement des Etats-Unis lui a fait perdre toute chance d'une reconnaissance artistique à New York et d'une participation directe aux mouvements civiques dont il était encore très proche.

Beauford Delaney a rejoint Van Gogh dans la catégorie des artistes maudits. 30 ans après sa mort à Paris en 1979 dans un hôpital pour aliénés, sa tombe non marquée a été identifiée et préservée par ses admirateurs Parisiens. Son art reste sous-évalué.