2 mars 2018

La Longitude en Mer

Au XVIIème siècle la domination des mers est un enjeu politique majeur. Lorsque le bateau est en pleine mer la connaissance de sa position est vitale, d'une part pour contourner les écueils et d'autre part pour écourter les voyages et préserver ainsi l'équipage contre les famines et les maladies.

La latitude est facile à connaître par l'observation de la position du soleil à midi. La longitude est un casse-tête à tel point que les capitaines préfèrent suivre le méridien jusqu'à la latitude de leur point de destination avant de bifurquer.

En 1656 Christiaan Huygens construit la première horloge à pendule, avec une précision de 15 secondes par jour 60 fois meilleure que les garde-temps précédents. L'inventeur est ami avec les royalistes anglais exilés en Hollande. Le roi Charles II est restauré en 1660.

La Royal Society of London créée la même année se passionne pour le pendule de Huygens et pour une possible application à la mesure des longitudes. Le principe est connu : la comparaison de l'heure solaire apparente avec une référence de temps étalonnée au port avant le départ permet de connaître la distance angulaire parcourue par le bateau.

L'application en mer est extrêmement difficile en raison de la perturbation de l'horloge par l'agitation du bateau. En 1662 un des fondateurs de la Royal Society, Alexander Bruce plus tard 2nd earl of Kincardine, conçoit une amélioration de la stabilité de l'horloge de Huygens en suspendant le mécanisme à une boule de Cardan et en abaissant le centre de gravité de l'appareil.

Bruce fait réaliser deux horloges à La Haye par l'horloger Severijn Oosterwijck, un fournisseur préféré de Huygens. L'idée de la dualité est de réduire l'erreur de mesure en plaçant les horloges aux deux extrémités du bateau. L'un de ces instruments est détruit en mer pendant la livraison et Bruce fait faire en 1663 une horloge de remplacement par un horloger anglais.

Le capitaine en charge de l'expérience annonce d'excellents résultats qui ne convainquent ni Huygens ni la Royal Society. Le projet est stoppé en 1665. Les mécanismes des deux pendules de longitude de Bruce seront intégrés peu après dans des pendules domestiques où ils resteront incognito pendant plus de trois siècles.

Tous deux ont réapparu. Le mécanisme anglais est entré dans la collection du Royal Observatory. Le mécanisme Hollandais signé par Oosterwijck sera vendu dans sa caisse actuelle le 15 mars par Dreweatts à Donnington Priory dans le Berkshire, lot 108. Voici le lien vers le communiqué de presse.