24 avr. 2018

La Fantaisie Dorée de Jim Street

En 1951 les frères Barris créent une affaire de customizers d'automobiles, adaptant sur commande des voitures de modèles commerciaux.

Les très longs chassis des voitures Américaines de cette époque font rêver George Barris. Quand il encastre par accident sa Lincoln Capri 1953 toute neuve sous une charrette à foin, le toit est irrécupérable mais le reste de la voiture n'a pas été endommagé.

Ce véhicule servira à construire un de ses premiers chefs d'oeuvre. Ce projet est soutenu par Jim Street, un jeune homme d'affaires de l'Ohio qui a des ambitions promotionnelles. La voiture devra être exubérante à l'extérieur et inattendue à l'intérieur.

Sa carrosserie futuriste qui n'a plus rien à voir avec une Capri est entièrement peinte en doré et blanc, incluant une préparation à base d'écailles de sardines qui lui donne à ses débuts une odeur de poissonnerie. L'intérieur est équipé comme un appartement, avec un bar et sa glacière, un téléviseur, une radio et un magnétophone. Barris la nomme la Golden Sahara. La presse spécialisée la désigne comme la $ 25 000 custom car.

De 1954 à 1956 la Golden Sahara est le démonstrateur du savoir-faire de Barris et commence à être célèbre. En 1956 Jim Street a compris sa profitabilité. Conformément aux engouements de son temps il décide de la robotiser au maximum, avec des fonctions télécommandées comme la mise en marche et le mouvement sans personne à bord, l'ouverture des portes à distance, ou carrément saugrenues comme la suppression du volant.

Jim Street nomme désormais sa voiture la Golden Sahara II. Il la loue à des vendeurs de voitures pour attirer la foule dans leurs salles d'expositions après des annonces dans la presse locale où elle est décrite comme la $ 75 000 futuristic car.

Le succès s'amplifie. En 1960 la Golden Sahara II joue la voiture de rêve dans le film Cinderfella où Jerry Lewis est un avatar masculin de Cendrillon. En 1962 Jim Street lui même fait la démonstration de sa voiture dans l'émission de télévision I've got a secret. Quelques années plus tard il comprend que les profits liés à cette voiture ont fait leur temps. Il l'escamote, sans communiquer.

Pendant un demi-siècle la Golden Sahara II est perdue. Elle est pourtant à une place qui lui est parfaitement logique, le garage privé de Jim Street. Réapparue dans la succession de l'homme d'affaires, elle sera vendue sans prix de réserve par Mecum à Indianapolis le 19 mai, lot S 113. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par CC Car Curiosity, largement inspirée par le catalogue de la maison de ventes.