7 mai 2018

Koons sur le Tas

L'artiste d'origine est un bambin nommé Ludwig Koons. Il joue à triturer de la pâte à modeler multicolore Play-Doh, une marque de la société Hasbro. La postérité a retenu pour toujours ce dialogue avec son père. Ludwig : "Daddy !". Jeff : "What ?". Ludwig : "Voilà !".

L'histoire se passe en 1994 quand Jeff Koons conçoit dans son ensemble sa série des Celebrations. L'oeuvre de Ludwig est une tas sans forme mais composé de couleurs vives et variées. Jeff n'est pas un artiste abstrait. Cela importe peu. Il justifiera l'inclusion de Play-Doh dans son catalogue de Celebrations par le fait que c'est un jouet qui va évoquer pour le visiteur le bonheur de l'enfance.

Le suspense dure jusqu'en 2014. Play-Doh a été réalisé en cinq exemplaires avec des configurations de couleurs différentes selon le processus immuable pour cette série. Composée de 27 plaques d'aluminium peintes, elle mesure 315 x 387 x 348 cm, un peu plus haute que le Balloon Dog.

Le délai a été bien long mais Jeff Koons le tourne à son avantage : il fallait que la jointure des plaques et la finition de surface atteignent la perfection. Il est vrai que cette surface simulant l'impact du toucher par les doigts du bambin est la plus complexe de la série des Celebrations. Un essai avec du polyéthylène ne lui avait pas donné satisfaction.

Un des cinq Play-Doh sera vendu par Christie's à New York le 17 mai au lot 12 B. Le communiqué de presse du 9 avril annonce une estimation autour de $ 20M. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.