25 mai 2018

Transition à St Petersbourg

Amateur d'art, le Tsar Alexandre I est désolé de la déchéance de la manufacture impériale de porcelaines de Saint Petersbourg, une des plus anciennes en Europe, créée par l'impératrice Elisabeth en 1744.

Son très dynamique chef de cabinet, le comte Gouriev, est chargé de restituer à cette production un prestige digne de l'empereur. Il embauche des techniciens et des artistes compétents de Berlin et Sèvres. Peintre sur porcelaine à Sèvres de 1802 à 1813, Swebach est à Saint Petersbourg de 1815 à 1817.

L'activité de l'usine pendant le règne d'Alexandre est dominée par les assiettes décorées dans un style néo-classique. Les collections de son musée conservent un petit vase en porcelaine dorée de 57 cm de haut peint à l'émail par Swebach avec une scène de chasse copiant une huile de la collection impériale. Cette pièce a déjà la forme à corps ovoïde et deux anses rapportées et le type de décoration qui feront la plus grande gloire des porcelaines monumentales de présentation pendant le règne suivant.

Le développement technologique de cette ligne de production est en effet à attribuer au règne d'Alexandre. Quand il meurt à l'automne 1825, la manufacture réalise un vase pour lui rendre hommage, avec d'un côté son profil et de l'autre le mot Russia dans un globe. Cette pièce de 2 m de haut est un exploit technique sans précédent dans toute l'Europe.

Le 5 juin à Londres, Sotheby's vend une paire de vases à anses de 1,37 m de haut, lot 414 estimé £ 1M. Chaque vase est décoré d'un paysage signé par un peintre de la manufacture, respectivement Kornilov et Stoletov, et daté 1825.

Les images originales dans le goût de Karl von Kügelgen n'ont pas été identifiées. 1825 est très certainement la date de la peinture des porcelaines. Elles ne portent pas de monogramme impérial et sont à positionner à la fin du règne d'Alexandre. L'accès au pouvoir de Nicolas I fut proche d'une guerre civile et une opération de prestige pour ce nouveau Tsar apparaît en effet comme impensable à cette date.

Le Jeu du Conflit

La théorie des jeux développée dans les années 1940 par John von Neumann s'applique aux interactions dans lesquelles chaque participant ignore la stratégie des autres. Le but de la théorie est de prédire la conclusion en considérant les éléments pertinents de la situation et l'axiome selon lequel tous les jeux aboutissent à un équilibre.

Les mathématiciens ont proposé des modèles pour des situations impliquant plusieurs joueurs coopératifs ou non coopératifs. Le Nobel Memorial Prize in Economic Sciences a été décerné en 1994 à Harsanyi, Nash et Selten pour des travaux réalisés dans les années 1950 et 1960.

Thomas Schelling n'était pas un mathématicien mais un expert Américain en comportements politiques. Dans son livre séminal The Strategy of Conflicts publié en 1960 il réoriente la théorie des jeux vers des considérations pratiques, étudiant l'impact des promesses, des menaces, des attaques surprise et des méfiances mutuelles.

Conseiller de plusieurs présidents, il étudie plus particulièrement le fait que la dissuasion nucléaire aboutit en fait à un équilibre de coopération entre les parties antagonistes sans augmenter le risque d'un conflit ouvert. L'influence de ses théories sur les stratégies de la politique étrangère contemporaine est considérable, même si la presse qui relate les évènements pour le grand public ne peut pas la voir.

Le Nobel Memorial Prize in Economic Sciences a été décerné en 2005 à Aumann et Schelling. La médaille et le certificat Nobel de Schelling sont vendus par Nate D. Sanders dans une vente en ligne qui se termine le 31 mai, lot 1.

24 mai 2018

Le Lion d'Eau Douce

Dans la suite logique des cabinets de curiosités de leurs prédécesseurs, les connaisseurs du Siècle des Lumières s'émerveillent des oeuvres baroques construites par la nature sans intervention humaine.

En 1769 un agent de la Compagnie des Indes Orientales Néerlandaises revient de Batavia où il a passé cinq ans. Il apporte avec lui diverses marchandises qui intéresseront le marché Européen dont une exceptionnelle perle nacrée d'eau douce pesant 2373 grains, 578 carats selon le système de mesure de l'époque, qui est encore aujourd'hui un des trois plus gros spécimens connus.

La perle fait sensation dans la vente aux enchères de sa succession à Amsterdam en 1778, non seulement par sa dimension mais aussi par sa forme boursouflée qui visualise un lion endormi au-dessus d'une base plate striée qui évoque les jades ciselés des sceaux de l'empereur Qianlong. Une gravure en grandeur réelle est diffusée à cette occasion.

Elle est achetée à cette vente pour 2100 guilders hors frais par un financier Hollandais agissant comme courtier en art pour l'impératrice Catherine la Grande à qui il la livre l'année suivante. La perle réapparaît vers 1863 quand une femme, probablement la fille d'un armateur de Danzig, tente de la vendre au roi d'Italie. Elle est achetée par un associé hollandais du joaillier du roi. Le projet de l'intégrer dans un oeuf surprise Fabergé à offrir par le Tsar à la Tsarine est annulé par la chute de l'empire Russe.

Cette perle au lion dormant 70 x 43 x 39 mm pesant 118 grammes est conditionnée dans une ancienne boîte en laiton doré ajustée à ses dimensions. Elle est estimée au-delà de € 340K à vendre par Venduehuis à La Haye le 31 mai, lot 1778. Voici les liens vers le site de la maison de ventes et vers un article partagé par Den Haag Centraal.


Les Diamants de l'Aigle Blanc

Après la guerre Franco-Prussienne de 1870 les deux pays renforcent leurs alliances respectives. La Russie qui a des besoins de développement industriel cherche des investisseurs en France. De 1888 à 1914 les emprunts Russes sont immensément populaires auprès des petits épargnants français.

A partir de 1892 des accords militaires suivent cette coopération économique entre la France et la Russie. En 1904 et 1907 la Grande-Bretagne fait alliance avec les deux pays.

La tension monte dans les Balkans et un nouveau pas en avant serait utile. En août 1913 une délégation menée par le général Joffre, chef suprême des armées françaises, est reçue par le tsar Nicolas II.

Selon les principes de la diplomatie cette délégation est reçue avec les plus grands honneurs. Joffre est décoré de l'Ordre de Saint Alexandre Nevski qui est la plus haute distinction masculine russe après l'Ordre de Saint André.

Le principal adjoint de Joffre pour cette mission est le général d'Amade. Pour respecter les prérogatives hiérarchiques, d'Amade reçoit une distinction légèrement inférieure à celle de Joffre, l'Ordre de l'Aigle Blanc, avec un honneur supplémentaire rare à cette époque pour cette distinction qui consiste à sertir l'insigne et la plaque d'un pavage de diamants.

Ces deux bijoux en or, vermeil, diamants, rubis et émail sont à vendre ensemble par Millon à Paris Hôtel Drouot le 30 mai, lot 424. Le communiqué de presse de Drouot annonce une estimation entre € 600K et 800K. L'insigne haut de 11 cm et pesant 140 g est orné de l'aigle à deux têtes et de la couronne impériale. Le coffret et le ruban sont inclus dans le lot.

22 mai 2018

L'Ecriture de l'Univers

Zao Wou-Ki comprend dans les années 1970 que l'univers n'est pas limité au combat de sa passion intérieure. Pour continuer à tout englober depuis la création jusqu'à l'expansion illimitée, il réétudie les encres noires des Song et crée de nombreux lavis sur papier.

Vers la fin de la décennie il entre dans une phase nouvelle en transposant à l'huile sur toile ses observations concernant l'art ancien. Les nuances du lavis permettent de remplir avec subtilité les zones claires qui apportent le repos et le vide qui lui avaient toujours psychologiquement manqué. Il choisit pour le reste de son image des couleurs vibrantes avec des coups de pinceau d'une grande finesse qu'il construit comme une écriture rapide.

L'effet d'ensemble apporté par 8.11.79 est une chaîne de montagnes bien centrée entre le ciel et le lac. Cette peinture 90 x 117 cm est petite pour cet artiste à cette époque. Elle a été vendue par Christie's le 25 novembre 2017 pour HK$ 50M incluant premium sur une estimation basse de HK$ 12M.

Le 27 mai à Hong Kong, Phillips vend au lot 5 une huile sur toile 250 x 260 cm peinte en 1979, intitulée 4.1.79.

Composée en trois parties comme l'autre exemple ci-dessus, cette peinture qui ressemble de loin à un lavis est une montagne abstraite presque monochrome dans un environnement bouillonnant de nuées blanches. L'inspection rapprochée permet d'observer les traits et taches de couleurs vives entremêlées dans la partie centrale, apportant à l'ensemble son illusion naturelle.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Phillips.

Zao Wou Ki | May 2018 | Hong Kong from Phillips on Vimeo.

21 mai 2018

Le Bouddha de la Fin des Temps

Selon des prophéties énoncées il y a environ 1800 ans, l'enseignement de Bouddha Sakyamuni sera un jour oublié, créant une période d'anarchie et de misère. La paix, le bonheur et l'abondance seront rétablis par le Bouddha Maitreya, qui signifie "bienveillant" en Sanskrit. En attendant son règne glorieux Maitreya est un bodhisattva.

Le culte de Maitreya prend de l'ampleur avec les superstitions millénaristes, mille ans après la prédication historique de Gautama Bouddha. Le premier empereur de la dynastie des Sui s'appuie astucieusement sur le Bouddhisme pour unifier la Chine. Les images de Sakyamuni et de Maitreya sont souvent indifférenciées.

Le régime des Sui est une théocratie militaire. L'empereur utilise les armes pour éliminer ceux qui ne suivent pas sa propre conception de l'orthodoxie Bouddhiste. On est déjà bien loin des principes moraux de cette religion.

Son fils et successeur est un mégalomane qui veut conquérir le Viet-Nam et la Corée avec d'immenses armées de conscrits. Il échoue lamentablement et les soldats rescapés reviennent avec le paludisme. Les révoltes paysannes qui éclatent partout dans le pays mettent fin à l'unité de l'empire des Sui. L'ambiance apocalyptique est propice à un regain de faveur du culte de Maitreya. Plus concrètement l'ordre et l'unification ne sont pas rétablis par la divinité mais par un habile général qui fonde la dynastie des Tang.

Le 30 mai à Hong Kong, Christie's vend au lot 2801 une figure en bronze doré de Bouddha Maitreya réalisée pendant la transition Sui-Tang il y a environ 1400 ans. Le futur rédempteur fait le geste de la prédication dans une attitude de pacification souriante. Il est assis, chaque pied posé sur un lotus.

Entre les Han et les Tang la sculpture est dominée par la pierre. Le bronze doré est plus rare, choisi pour simuler par ses reflets la lumière émanant de la divinité. Sa hauteur de 32 cm apparaît comme une limite de faisabilité de cette technique à cette époque.

Je vous invite à regarder la video partagée par Christie's.

Les Huit Vertus du Brésil

Partisan du Kuomintang, Zhang Daqian s'exile en 1949. Dans les années suivantes il voyage énormément tout en cherchant aussi un pied-à-terre durable. Il n'est cependant pas un artiste cosmopolite : jamais il n'oubliera que sa sensibilité et ses thèmes sont Chinois.

Il achète en 1953 un terrain près de Sao Paulo pour y installer son Jardin des Huit Vertus. Il est épuisé par cette tâche et sa vue baisse. Dans ses peintures de paysages les contours des montagnes deviennent épais et durs.

Zhang n'est pas seulement le meilleur connaisseur de deux mille ans d'art graphique Chinois. Il est aussi un chercheur de nouveaux styles. Le 29 mai à Hong Kong, Christie's vend Viewing the waterfall, rouleau 134 x 68 cm à l'encre et couleurs, lot 1379 estimé HK$ 60M.

La montagne très escarpée ressemble à un Pain de Sucre de Rio mais c'est peut-être seulement un hasard. Par un autre hasard elle est aussi proche des montagnes Maoïstes de Li Keran. Elle est en fait profondément ancrée dans la tradition Chinoise.

Elle est datée par l'artiste en Chinois, douzième mois de l'année guimao correspondant à 1963 CE. Ce paysage pourrait être universel mais le sommet abrite un ancien temple typique. Tout en bas deux voyageurs sont confrontés à l'immensité de la nature, un des thèmes les plus traditionnels du paysage Chinois.

Cette oeuvre est un des plus anciens exemples du mélange de deux techniques que Zhang pratiquera avec une grande réussite pendant vingt ans. La cascade, les personnages, les temples sont dessinés avec finesse. Les surfaces qui ne servent pas à la narration sont diluées dans de larges éclaboussures de bleu et de vert.

Il ne fait pas de doute que cette technique sans précédent dans l'art moderne est une référence aux lavis Mogu aimés par les Tang. Elle est peut-être aussi utile pour ménager la vision affaiblie de l'artiste.

20 mai 2018

Tianqiuping pour l'Empereur Qianlong

La forme d'un vase est importante pour accompagner son message. Pour présenter des voeux de longévité à l'empereur de Chine, il est recommandé d'offrir un récipient symbolisant la sphère céleste avec laquelle le Fils du Ciel est le seul intercesseur sur Terre. La forme tianqiuping est un corps rond surmonté d'un col très légèrement concave. Les plus grosses pièces sont les plus appréciées mais elles représentent un exploit technique à cause du risque de basculement du col pendant la cuisson.

L'artiste Qing a le choix entre plusieurs techniques de décoration : doucai, wucai, fencai. Le doucai apporte une difficulté supplémentaire. Le bleu est réalisé dans son contour final avant la réalisation de la glaçure sur laquelle les émaux des autres couleurs seront ensuite appliqués. La porosité de la matière de base doit être compatible avec la finesse désirée pour le dessin. Une asymétrie créée par la première cuisson endommage une figure doucai de façon irréparable.

Le 30 mai à Hong Kong, Christie's vend un tianqiuping en doucai de 54 cm de haut qui est proche des limites technologiques au-delà desquelles les imperfections de forme sont inévitables. Il est estimé HK$ 70M, lot 8888. Je vous invite à regarder la video partagée par la maison de ventes.

Ce vase qui porte la marque impériale de Qianlong est décoré des emblèmes des huit immortels du Taoïsme. Ce thème est rare pour cet empereur qui préférait le Bouddhisme. L'enregistrement dans les archives impériales pendant la troisième année du règne (1738 CE) d'un tiangqiuping en wucai d'illustration similaire est peut-être un terminus post quem.

Considérés séparément tous ces éléments sont dans le goût de Yongzheng. La mort de cet empereur n'a pas stoppé l'incitation impériale aux potiers de Jingdezhen à réaliser les exploits techniques de la plus haute virtuosité. Le script de la marque impériale de Qianlong est un modèle en usage selon certains experts entre la 7ème et la 35ème année du règne. Une date autour de la décennie 1740 CE apparaît comme plausible.

Pour des auspices similaires, la pêche, autre symbole d'immortalité, est un thème favori pour un tianqiuping tout au long des règnes de Yongzheng et Qianlong. Deux vases Qianlong en yangcai de 51 et 55 cm de haut sans estimation de date dans ce règne de 60 ans ont été vendus par Sotheby's : HK$ 90M incluant premium le 5 octobre 2011 et HK$ 63M incluant premium le 7 octobre 2015.

Les Nouvelles Beautés Chinoises

Chen Yifei aimait les belles femmes et les beaux vêtements. Formé à la peinture à l'huile par un artiste Soviétique, il abandonne sans regret la peinture politique après la Révolution Culturelle mais maintient un trait entièrement réaliste avec des couleurs chatoyantes.

Revenu à Shanghai en 1990 après dix ans aux Etats-Unis, Chen observe que les femmes s'habillent mal. Il va consacrer une énergie considérable à y remédier en ravivant les traditions anciennes.

Il peint des groupes de beautés qui auraient leur place dans un défilé de mode. Il devient également cinéaste, crée la marque Layefe d'abord pour des vêtements élégants et abordables puis pour la décoration d'intérieur, pilote une agence de modèles et meurt de surmenage en 2005.

Dans ses peintures les femmes gracieuses se laissent admirer tranquillement à la manière des geishas Japonaises. Un important groupe occupé à prendre le thé, 170 x 244 cm peint en 1996, a été vendu pour RMB 150M incluant premium par China Guardian le 19 décembre 2017.

Le 26 mai à Hong Kong, Christie's vend au lot 30 une huile sur toile 190 x 208 cm peinte en 1997, montrant quatre femmes debout avec de longues robes sophistiquées et colorées. L'oeuvre est intitulée Beautés en Promenade par référence à un poème de Du Fu de la dynastie Tang qui glorifiait la mode de son temps.

19 mai 2018

Les Bars de François-Xavier Lalanne

François-Xavier et Claude Lalanne sont proches des Nouveaux Réalistes. Avec une machine à souder achetée conjointement avec Tinguely, ils vont créer des formes nouvelles.

En 1964 l'exposition intitulée Zoophites montre le savoir-faire des Lalanne dans des meubles fonctionnels et dans des figures zoomorphes, avec humour et rejet de toutes les traditions dans les deux cas. Le rhinocrétaire est déjà un hybride entre ces deux types d'objets. Avant eux Fornasetti avait changé la décoration des meubles mais pas leur forme.

Yves Saint-Laurent ne s'y trompe pas. Il commande un bar à François-Xavier. Les éléments d'un bar ordinaire y sont : le casier à bouteilles, le seau à glace et même un shaker. Ils sont assemblés avec une structure tubulaire qui n'est pas zoomorphe. Livré en 1965 à Saint-Laurent et Bergé, ce meuble sans précédent a été vendu par Christie's en février 2009 pour € 2,75M incluant premium sur une estimation basse de € 200K.

Malgré ce premier succès ce produit reste confidentiel. En 1966 François-Xavier livre un bar similaire quoique moins compact à un  couple de collectionneurs Belges. Le bar Mayersdorff a été vendu par Christie's le 17 mai 2018 pour $ 4,6M incluant premium sur une estimation basse de $ 2,2M.

Avec Lalanne les animaux ne pouvaient pas rester longtemps à l'écart. Le Bar à autruches est édité en six exemplaires en 1970. Le plateau est tenu de part et d'autre par des autruches réalisées en 1967 dans une nouvelle porcelaine blanche de Sèvres et supporte en son centre un seau à glace en forme d'oeuf. L'un d'eux a été vendu pour € 6,2M incluant premium par Sotheby's le 21 novembre 2017 sur une estimation basse de € 700K.

Le bar à autruches est original et prestigieux mais sa fonctionnalité est rudimentaire. Un bar entièrement fermé répondra mieux aux besoins habituels d'un utilisateur. François-Xavier crée en 1970 le Bar Sauterelle. Le corps est en porcelaine et les montants sont en laiton et acier. Cette sauterelle offre enfin tout le confort d'un bar moderne, incluant un compartiment pour les bouteilles et un autre pour les verres.

Deux exemplaires seulement ont été réalisés en porcelaine blanche de Sèvres. L'un d'eux a été offert en 1972 par le Président Pompidou au couple royal anglais. Il est toujours en leur possession. L'autre est estimé $ 800K à vendre par Sotheby's à New York le 24 mai, lot 449. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.