15 juil. 2018

Entre Louisiane et Nova Scotia

La Guerre de Succession d'Autriche, terminée en 1748, remet face à face les Britanniques et les Français, chacun avec ses alliés. Un nouveau conflit sera inévitable.

L'Amérique du Nord est partagée entre trois puissances coloniales, l'Angleterre, la France et l'Espagne. Le centre du pays, entre les Grands Lacs au Nord et les Carolines au Sud, entre l'Acadie à l'Est et le territoire des Sioux à l'Ouest, est faiblement peuplé et les frontières ne sont pas réellement définies.

Depuis 1682 les Français contrôlent sous le nom de Louisiane une bande continue qui s'étend de Québec jusqu'à l'embouchure du Mississippi. Depuis 1718 la référence est la carte de Delisle, très précise géographiquement mais anticipant politiquement une extension française. Cette situation ne peut pas convenir à Lord Halifax, en charge des affaires coloniales depuis 1748 avec le titre de President of the Board of Trade.

John Mitchell est un botaniste et médecin colonial, revenu de Virginie à Londres en 1746 pour raisons de santé. Il partage les opinions de Halifax sur la menace française en Amérique du Nord. Halifax lui demande de créer une carte détaillée pour laquelle il lui ouvre toutes les archives disponibles à Londres.

En 1754 la seconde carte manuscrite réalisée par Mitchell répond à la précision demandée par le gouvernement. La guerre avec les français est déjà plus facile que prévu. Halifax ne demande pas un usage exclusivement militaire et un copyright est accordé en 1755. Cette grande carte à usage mural 136 x 195 cm est un encouragement au patriotisme. Des erreurs dans la Nova Scotia, région stratégique spécialement importante pour Lord Halifax, sont rectifiées par Mitchell deux ans plus tard.

La carte de Mitchell peut être aquarellée à la main pour identifier les zones d'influence, objectivement ou pas. Elle servira de référence géographique en 1783 lors des accords de Paris pour établir la frontière entre l'Empire Britannique et les Etats-Unis d'Amérique.

Le 28 juillet à New York, Arader Galleries vend un exemplaire entièrement coloré de la troisième édition, imprimée à Londres vers 1774. L'état est annoncé comme excellent, signifiant que cet exemplaire n'a pas eu d'accrochage mural de longue durée. Cette carte est estimée $ 180K, lot 59 ici lié sur les plates-formes d'enchères LiveAuctioneers et Invaluable.

You are looking at one of the most important maps in American history. 🇺🇸 Lot 59: MITCHELL, John (1711-1768). A Map of the British and French Dominions in North America. LINK IN BIO. • Considered by many to be the most important map in American history, Mitchell’s map was the one upon which the boundaries of the new United States first appeared. The treaty of 1783 was based on Mitchell’s map, as was the border between the United States and Canada🇨🇦 . . . #cartography #cartographic #mitchellmap #mitchellmaps #historicalmaps #history #oldmaps #oldmap #johnmitchell #usa #unitedstates #canada #rare #rareart #art #auction #artgallery #gallery #mitchellmaps #raremap #raremaps #map #maps #mapcollector #mapcollection #worldmaps #artgalleryny #mitchellmap #artcollector #artcollection #artgallerynyc #artauction
Une publication partagée par Arader Galleries (@aradergalleriesnyc) le

La Revanche de l'Argent

L'Acte du Congrès de 1873 met fin au dollar d'argent et rend périmé le bimétallisme. Auparavant le taux de change entre l'or et l'argent était fixé immuablement par la loi. L'abondance et la popularité de l'or après le Rush de Californie rendait cet équilibre impossible à gérer.

Pour répondre à l'inquiétude et à la réprobation des producteurs et spéculateurs d'argent, un nouvel Acte exige en 1878 que le Trésor achète entre $ 2 millions et 4 millions de bouillon d'argent par mois. Ces achats sont payés par une nouvelle monnaie de papier, le Silver Certificate of Deposit, aussitôt émis en six dénominations de $ 10 à $ 1000 et connu sous le sobriquet descriptif de Black back.

Une nouvelle série est émise en 1880 avec des modifications mineures incluant la couleur du sceau. Au début de la même année la contre-signature par le receveur du dépôt est abandonnée.

Les exemplaires survivants des plus hautes dénominations sont de très grande rareté. Joel R. Anderson a réussi l'exploit de réunir une collection complète des six dénominations de la série de 1880. Ces certificats seront vendus en lots séparés par Stack's Bowers à Philadelphie le 16 août.

La nomenclature Friedberg tient compte des combinaisons des signatures imprimées du Register of the Treasury et du Treasurer of the United States. Le recensement de Friedberg indique pour le certificat $ 500 un contresigné de 1878 et sept de la série 1880 répartis entre les signatures Bruce-Gilfilan en vigueur de 1881 à 1883 et Bruce-Wyman de 1883 à 1885.

Le certificat de $ 500 de la prochaine vente est estimé $ 700K, lot 2039. Ce Bruce-Gilfilan (Friedberg 345c) est gradé Very Fine 20 par PCGS. Il avait été vendu pour $ 480K incluant premium par Lyn Knight en octobre 2005. Il est un des trois restant en mains privées : deux 345c et un 345d Bruce-Wyman.

Friedberg indique pour le certificat $ 1000 cinq exemplaires de la série 1880, tous dans la configuration Bruce-Wyman. Le certificat de $ 1000 de la prochaine vente est estimé $ 800K, lot 2041. Ce Bruce-Wyman (Friedberg 346d) est gradé Very Fine 25 par PCGS. Il avait été vendu pour $ 670K incluant premium par Lyn Knight en octobre 2005. Il est un des deux restant en mains privées. Aucun $ 1000 de la série 1878 n'a survécu.

8 juil. 2018

Numéro 99

Agé de 16 ans en 1977, Wayne Gretzky joue avec les Sault Ste. Marie Greyhounds de l'Ontario Hockey League. Il admire Gordie Howe et veut porter comme lui le numéro 9. Ce n'est pas possible : le 9 est déjà attribué à un autre joueur. Gretzky choisit le 99.

Gretzky porte le 99 pendant toute sa fabuleuse carrière. Le chiffre devient le symbole de sa réussite. Quand il prend sa retraite de joueur en 1999, le 99 est retiré dans tous les clubs de la National Hockey League. Son admission la même année dans le Hockey Hall of Fame est un autre honneur sans précédent. Il détenait à cette date 61 records de la NHL. Aucun n'a été dépassé depuis.

En janvier 1979 Gretzky atteint ses 18 ans. Il signe un contrat pour 10 ans avec les Edmonton Oilers de la World Hockey Association. Quelques mois plus tard la WHA est dissoute et les Oilers sont intégrés dans la NHL. La saison 1979-1980 est ainsi le rookie year de Gretzky en NHL. Une trading card éditée au Canada a été vendue pour $ 465K incluant premium par Goldin le 4 août 2016.

Un maillot des Oilers signé avec un marqueur noir par Gretzky dans le numéro 99 est listé au lot 58 dans la prochaine vente de Goldin Auctions. Les enchères ouvertes en ligne le 9 juillet s'achèvent en vente live dans le New Jersey le 2 août.

Ce maillot est orné aux épaules avec le logo Edmonton 1904-1979 mémorisant le 75ème anniversaire de la City d'Edmonton, qui n'a été utilisé que cette année-là. Le maillot a été comparé avec un autre exemplaire exposé au Gretzky's Restaurant à Toronto. Les caractéristiques sont similaires à l'exception de la plaque de nom qui est ultérieure sur le maillot qui vient en vente.

Le photo-matching des maillots de hockey n'est pas une tâche facile. Les maillots ne peuvent souvent être distingués les uns des autres que par d'infimes traces d'usure. Une photo publiée en décembre 1980 est considérée comme probante par le groupe d'experts MeiGray. Le maillot n'avait pas l'identification du joueur, indiquant que la photo a été prise en 1979 pendant la préparation de la saison.

7 juil. 2018

La Batte Striée de Cap Anson

Cap Anson commence sa carrière à l'âge de 19 ans en 1871, l'année de la création de la toute première ligue professionnelle de base ball (baseball). A cette époque les règles du jeu sont parfaitement définies mais la façon de les appliquer l'est beaucoup moins. Dans la décennie suivante le super champion King Kelly est aussi un comédien qui sait détourner au bon moment l'attention de ses adversaires. Cap Anson augmente ses revenus en pariant sur sa propre équipe et en jouant du vaudeville.

Cap Anson joue son dernier match en 1897. Il donne en souvenir à une de ses filles sa dernière batte et son uniforme.

L'uniforme a été très endommagé et a disparu. La batte est restée dans sa descendance jusqu'en 2005. Elle a été vendue pour $ 287K incluant premium par Heritage le 5 août 2010 et pour $ 430K incluant premium par Christie's le 19 octobre 2016. Elle est maintenant listée au lot 3 par Goldin Auctions. Les enchères ouvrent le 9 juillet et seront closes par une vente live dans le New Jersey le 2 août.

Cette batte est d'une extrême rareté par sa corrélation avec un des meilleurs joueurs du XIXème siècle, son état d'usage évident et son exceptionnelle provenance familiale. Elle a été gradée GU 10 par PSA/DNA.

Elle est aussi un très ancien exemple de Louisville Slugger par J.F. Hillerich and Son. Le nom avait été déposé seulement trois ans auparavant, après quelques années d'expérience de Hillerich fils dans cette nouvelle spécialité. Avant cette initiative industrielle qui allait considérablement faciliter la normalisation, la fabrication des battes était laissée à l'initiative des joueurs.

La marque inscrite dans le bois et sa position sont spécifiques de l'année 1897, corrélant parfaitement la tradition familiale selon laquelle elle était la dernière batte professionnelle du champion.

Cette batte longue de 36 inches a été incisée par Anson sur une longueur de 13,5 inches avec environ 145 entailles parallèles destinées à améliorer la prise en mains. Ce raffinement n'a cependant pas sauvé la fin de carrière d'Anson, chassé de sa propre équipe pour son incompétence après une trop longue carrière.

28 juin 2018

Une BMW pour John Surtees

Lorsqu'elle est introduite à New York pendant l'été 1955, la BMW 507 suscite bien des louanges. Ce roadster concurrencera la Mercedes-Benz 300 SL, elle sera moins chère et les clients Américains aimeront son élégance.

La production ne démarre pas avant novembre 1956. Les coûts de production sont beaucoup plus élevés que prévus et le prix de vente est devenu excessif. BMW continue jusqu'en 1959 ce modèle qui perd de l'argent. Les dirigeants de la marque avaient espéré vendre 5000 exemplaires par an. En tout 252 exemplaires seulement ont été construits.

Marchand de motos à Londres, Jack Surtees est en relation professionnelle avec les importateurs de Porsche et BMW. Son fils John est un prodige de la compétition moto, champion du monde en catégorie 500 cc en 1956 à l'âge de 22 ans avec MV Agusta.

En 1957 à Hockenheim, John est séduit par la 507 apportée au stand BMW par le chef du développement de la marque, qui autorise le jeune champion à la conduire. Quand Agusta annonce à John que ses performances ont dépassé son salaire et méritent un cadeau, il demande une 507. C'est trop cher : ils transigent pour un partage du prix moitié-moitié.

John est déçu : sa 507 est poussive dans les côtes. Le dirigeant lui indique que la voiture d'Hockenheim avait un moteur plus puissant et qu'il accepte de modifier la voiture de John avec une spécification similaire.

Décédé en 2017, John Surtees avait gardé et utilisé pendant toute sa vie cette 507 unique en son genre, résistant même discrètement à une intimidation d'Enzo Ferrari pour qu'il renonce aux voitures allemandes. Elle est estimée £ 2M à vendre par Bonhams à Goodwood le 13 juillet, lot 330. Je vous invite à regarder la video préparée par Goodwood Road and Racing avec Bonhams.

27 juin 2018

L'Echappement de la Marine

L'échappement à ancre sans pendule est conçu par l'horloger anglais Thomas Mudge à partir de 1754. Ses montres-chronomètres de poche de haute précision pourront intéresser la Marine à cette époque où des améliorations sont encore bienvenues pour la mesure des longitudes.

Cette miniaturisation prometteuse est extrêmement difficile à réaliser. Mudge présente son premier exemplaire fonctionnel au roi en 1770. En 1781 Josiah Emery, un Suisse installé à Londres, commence une production de série pour de riches clients. Il meurt en 1797. Sa production totale de montres à échappement est estimée à 38 unités.

Le vice-amiral Nelson était soucieux de la maîtrise du temps. Le matin de la bataille de Trafalgar, 21 octobre 1805, il sort de sa poche sa montre-chronomètre Emery et rassemble ses officiers pour vérifier que leurs montres sont réglées sur sa propre référence de temps.

Il est tué dans la bataille. Son corps est immergé dans un tonneau d'eau-de-vie pour assurer le rapatriement et ses objets personnels sont soigneusement mis de côté.

La montre Emery entrera par héritage en 1835 en possession de la nièce du héros. Elle comprend l'importance historique de l'objet qu'elle fait insérer dans une armature d'horloge de carrosse avec l'inscription 'The Chronometer of Horatio Viscount Nelson. Worn by him at The Battle of Trafalgar, placed in this case by his niece Charlotte Mary, Lady Bridport, to be preserved for any one of her descendents who may enter the Navy'.

Considérant son numéro de série 1104, cette montre a été fabriquée par Emery vers 1787. Nelson n'avait pas cette montre à la bataille du Nil en 1798 et elle était trop chère pour ses moyens. L'hypothèse d'une récompense accordée pour ses victoires est plausible. Elle est estimée £ 250K à vendre par Sotheby's à Londres le 4 juillet, lot 72.

26 juin 2018

Spectroscopie Röntgen

La liste des travaux récompensés par les Prix Nobel scientifiques donne une excellente vision historique des plus prometteuses ouvertures apportées par les découvertes. Ainsi le Prix Nobel de Physique met en lumière par deux fois les rayons cathodiques, en 1901 et 1905, suivis de la spectroscopie X en 1914 et 1917 et de la cristallographie X en 1915.

Mort au champ d'honneur en 1915 à l'âge de 27 ans, Henry Moseley n'a pas eu le Prix Nobel. Il l'aurait mérité par l'importance et la variété de ses contributions incluant la loi empirique reliant le spectre X d'un élément à son numéro atomique.

A partir de 1914 Manne Siegbahn étudie la spectroscopie X auprès de Rydberg à l'université de Lund. Brillant ingénieur, il améliore considérablement la résolution des mesures, aboutissant à une classification et à une cartographie des spectres de Moseley. Devenu en 1922 professeur à l'université d'Uppsala, il publie ses résultats en 1923 sous le titre Spektroskopie der Röntgenstrahlen.

En 1924 le comité Nobel ne parvient pas à désigner un lauréat en physique. En 1925 ce prix est attribué rétroactivement à Siegbahn.

Kai Siegbahn continue l'oeuvre de son père. Utilisant l'émission photoélectrique, il obtient des mesures de très grande précision des niveaux d'énergie dans les atomes. Il partage le Prix Nobel de Physique en 1981 avec deux spécialistes de la spectroscopie laser.

Les médailles et les diplômes Nobel de Manne et Kai Siegbahn seront vendus ensemble par Sotheby's à Londres le 9 juillet, lot 400 estimé £ 150K.

25 juin 2018

Les Lis des Jardins Royaux

Arrivé à Paris à l'âge de 23 ans en 1782, l'artiste Wallon Pierre-Joseph Redouté choisit comme spécialité l'illustration des fleurs. A cette époque les naturalistes se réunissent au Jardin du Roi qui sera plus tard le Jardin des Plantes. Redouté apprend l'aquarelle auprès de van Spaendonck.

Introduit à Versailles, Redouté entre au service de la reine Marie-Antoinette. Il sera sous l'Empire un artiste officiel de l'impératrice Joséphine et assurera la formation artistique de la princesse Adélaïde d'Orléans.

Redouté peint sur vélin plusieurs centaines d'aquarelles montrant les fleurs des jardins de Malmaison, Saint-Cloud, Versailles et Sèvres. Sa précision botanique est extrême, sans erreur de proportions et sans distorsions.

Redouté prépare les gravures associées à ses aquarelles. Pour obtenir la précision désirée des contrastes les plaques sont ré-encrées après chaque impression. Les images sont terminées à l'aquarelle guidée par de minuscules pointillés gravés dans la feuille.

Cet ensemble de 487 images 51 x 34 cm est imprimé en 280 exemplaires par Didot jeune et fourni en 80 livraisons entre 1802 et 1816. Le titre, Les Liliacées, est réducteur par rapport au contenu qui couvre l'ensemble des monocotylédones.

La jeune duchesse de Berry entrée par alliance dans la branche légitimiste des Bourbons deviendra à son tour une protectrice de Redouté. Avant la chute du régime elle possédait les aquarelles originales des Roses publiées par Redouté après l'achèvement des Liliacées.

Le 11 juillet à Londres, Christie's vend un exemplaire des Liliacées qui avait appartenu à la duchesse de Berry. Relié pour la duchesse en huit volumes, cet ensemble est estimé £ 350K, lot 281.

En 1985, les aquarelles originales des Liliacées reliées en 16 volumes ont été vendues en un seul lot par Sotheby's pour $ 5,5M incluant premium. Ce résultat remarquable était à l'époque le dixième plus haut prix enregistré pour une enchère d'art. Achetées par un libraire pour un consortium créé par lui pour cette opération, elles ont été réparties juste après la vente parmi ses porteurs d'actions, aboutissant pour son profit au démantèlement qui avait été prévu à l'origine par la maison de ventes.

La Trahison des Publicités

Les images et les mots nous trompent en permanence. Leurs associations nous mènent dans un univers factice. Leurs créateurs manipulent notre pensée dans un but qui peut être social, racial, commercial. Nous suivons comme un gigantesque troupeau de moutons.

Les images sont innombrables et galvaudées. Andy Warhol, Gerhard Richter et Richard Prince ont bâti leur univers sur de mauvaises images découpées dans des magazines.

Barbara Kruger travaillait comme graphiste dans un magazine de mode. Au début des années 1980 elle veut partager sa vision du mensonge illimité de la vie sociale post-moderne. Elle photographie ses collages constitués de mauvaises photos des magazines, souvent déchirées et recollées, sur lesquelles elle ajoute un slogan incisif.

Les premiers slogans sont hermétiques. L'utilisation généralisée du You, du We ou du I appliqué à des groupes non définis incite l'observateur à réfléchir sur les rapports de forces dans le monde moderne. Il attend un lien entre l'image et le slogan, et son absence renforce son malaise.

Les slogans deviennent vite plus compréhensibles, basés sur des locutions connues de tout le monde détournées contre la société de consommation : Your fact is stranger than fiction, I shop therefore I am. When I hear the word culture I take out my checkbook, 350 x 170 cm réalisé en 1985, a été vendu pour $ 900K incluant premium par Christie's le 8 novembre 2011 sur une estimation basse de $ 250K.

We have received order not to move est dès 1982 un cri contre l'oppression des femmes. 'We' apparaît comme l'identification des femmes par opposition au monde dont les règles ont été établies par et pour les hommes.

Le 27 juin à Londres, Sotheby's vend une photo 187 x 124 cm réalisée en 1984 incluant le slogan menaçant We are public enemy number one, lot 194 estimé £ 180K. Sur cette image la forme humaine n'est pas identifiable : personnage ou ombre, de face ou de dos, homme ou femme.

24 juin 2018

Charmes Voraces

Peintre typique de l'époque Victorienne dans un style proche d'Alma-Tadema et de Leighton, John William Waterhouse est inspiré par les nombreux mythes de la femme fatale. Seule ou en groupe, elle n'est jamais dominée par l'homme mais ses désirs et sa curiosité peuvent être catastrophiques. Elle est Ophélie mourant d'amour. Attirée par la magie, elle ouvre la boîte de Pandore.

Le 12 juillet à Londres, Sotheby's vend The Siren, huile sur toile 81 x 53 cm peinte en 1901, lot 12 estimé £ 1M.

La belle enchanteuse est juchée sur son rocher. Entièrement nue, elle tient la lyre qui est le symbole de son charme. Elle se penche en avant pour observer un marin qui se noie devant elle et chante doucement. Elle ne conçoit pas qu'elle pourrait tendre la main pour sauver l'homme. Les deux jeunes gens se regardent, attirés l'un vers l'autre par des passions opposées, charme destructeur et impossible appel à l'aide.

Waterhouse ne confond pas Siren et Mermaid, bien que les jambes de sa Siren soient couvertes d'écailles qui viennent se confondre dans les embruns. Il peint la même année une jolie femme nue assise, encerclée dans sa queue de poisson. Il n'y a pas d'homme dans cette scène-là : peut-être a-t-il déjà été dévoré.

Une autre peinture de voracité similaire mettant en scène six nymphes nues attrapant un homme dans un étang a suscité un scandale en janvier 2018. Elle avait été décrochée d'une cimaise de la Manchester Art Gallery à la demande de féministes puritaines qui voulaient déclencher un débat sur l'exposition des corps des femmes.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Sotheby's. L'image est partagée par Wikimedia.