21 oct. 2018

Confrontation avec la Vie Moderne

Très francophile après un séjour à Paris, Edward Hopper observe à son retour à New York les différences d'art de vivre entre les deux continents. Tout change très vite aux Etats-Unis dans les années 1920 autour d'une nouvelle organisation du travail qui incorpore mieux les femmes, respecte mieux leur individualité et leur octroie une certaine liberté.

Hopper est taciturne et traditionaliste. Il sait bien qu'il ne pourra pas s'opposer à ces changements, tout comme il ne peut rien faire contre le délabrement des maisons abandonnées. Son art est réaliste mais il construit son propre univers comme un surréaliste.

Automat, peint en 1927, est un portrait de sa femme Jo faisant une pause dans un café en libre service. Elle est seule, pensive et un peu fatiguée, assise devant une table ronde dans le fond d'une salle sans décoration.

Chop Suey, huile sur toile 81 x 96 cm peinte en 1929, montre la même jeune femme dans un autre restaurant à bon marché, attablée en face d'une autre femme qui est vue de dos. Assis à une autre table dans le fond, un couple discute.

Le thème n'est décidément pas narratif malgré les apparences. On ne saura pas qui sont ces personnages, pourquoi ils sont ensemble. Ces cafés Chinois qui prolifèrent alors aux Etats-Unis sont un symbole d'une nouvelle vie de tous les jours avec de nouvelles formes de banalités et aussi l'attrait et le risque d'internationalisation et de dépersonnalisation.

Dans les nouveaux espaces urbains, la géométrie devient omniprésente. Chop Suey a séduit le jeune Mark Rothko et influencé bien plus tard sa division des surfaces en champs de couleurs.

Chop Suey est estimé $ 70M à vendre par Christie's à New York le 13 novembre, lot 12 B. L'image à faible résolution est partagée par Wikimedia pour usage d'information.

File:HopperChopSuey.jpg

20 oct. 2018

Le Birch Cent à Tranche Lisse

Le half disme en argent et le cent en cuivre sont développés en parallèle selon les exigences du Mint Act du 2 avril 1792. En juillet le Président Washington autorise l'émission officielle du half disme.

Le cent avait été la pièce fédérale la plus attendue. Elle est retardée par le grand diamètre des prototypes qui risque de déconcerter les utilisateurs, et aussi par un risque de pénurie du cuivre. En décembre les essais du Silver Center cent et du Fusible Alloy cent ne débouchent sur aucune solution réaliste. De façon plus pragmatique le poids du cent est dévalué de 264 à 208 grains par l'Acte du Congrès du 14 janvier 1793.

Les prototypes préparant le cent portent la marque du graveur Birch qui n'a pas été formellement identifié et qui n'apparaît plus après ces opérations. Quatre variantes sont connues. Son dessin est très comparable à ceux du half disme et des essais de bimétallisme de décembre.

Un exemplaire en métal blanc a survécu. Non conforme aux exigences d'avril 1792 parce qu'elle porte les initiales du président, elle est certainement antérieure à cette date. Elle constitue à elle seule la plus ancienne variante du Birch cent et est le plus ancien prototype du cent fédéral.

La première variante en cuivre est basée sur le standard à 264 grains.  Trois pièces  sont connues. L'une d'elles gradée MS 61 par NGC a été vendue deux fois par Heritage, pour $ 560K incluant premium en janvier 2015 et pour $ 520K incluant premium en août 2016. La seconde pièce a été allégée par son usure. La troisième pièce a perdu par limage son inscription sur la tranche.

Un seul Birch cent est connu avec une tranche lisse d'origine. Pesant 226 grains, ce spécimen est probablement un essai préparatoire de la phase suivante. Gradée AU 58 par PCGS, cette pièce sera vendue le 26 octobre par Stack's Bowers à Baltimore, lot 7151.

Sept Birch cents répondent au standard de poids de 1793. Elles se différencient des pièces précédentes par une étoile supplémentaire sur la tranche mais conservent la date faciale de 1792. La meilleure, gradée MS 65 par NGC, a été vendue pour $ 2,6M incluant premium par Heritage le 8 janvier 2015. La seconde meilleure, gradée AU 58 par PCGS, a été vendue pour $ 1,18M incluant premium par Stack's Bowers le 26 mars 2015. Leur terminus ante quem est l'émission du chain cent en mars 1793.

18 oct. 2018

De Flyer à Eagle

Entre Flyer et Eagle les progrès de la technologie Américaine sont phénoménaux.

Le 17 décembre 1903 à Kitty Hawk en Caroline du Nord les quatre essais réussis de Flyer constituent les tout premiers vols d'une machine plus lourde que l'air équipée d'un moteur et contrôlée par un pilote à bord. Réticents à publier leur exploit pour éviter d'attirer l'attention des concurrents, les frères Wright sont très préoccupés par le suivi de leur demande de brevet.

Endommagé à la fin de la première journée, Flyer n'est pas réutilisable. Les frères Wright conservent l'épave dans des caisses jusqu'en 1916 quand le M.I.T. propose d'organiser une exposition. Le matériel a été endommagé en 1913 par une inondation. Orville Wright change la couverture des ailes par un textile similaire.

A la grande surprise des héritiers la toile d'origine de Flyer est retrouvée dans la succession d'Orville Wright. Elle est découpée en petits morceaux qui sont offerts en souvenir à des pionniers de l'aéronautique. Un fragment 3,2 x 4,1 cm qui avait appartenu à Edwin E. Aldrin, père du futur astronaute, a été vendu pour $ 32,5K incluant premium par Heritage le 11 mai 2018.

Contrairement à l'extrême confidentialité pratiquée par les frères Wright, le voyage d'Apollo 11 et l'alunissage de son Lunar Module Eagle le 20 juillet 1969 avec Armstrong et Aldrin à bord sont visionnés immédiatement sur toute la planète. Cet exploit technologique sans précédent est accompagné de nombreuses célébrations. En hommage aux frères Wright, des morceaux de la toile d'aile et de l'hélice en bois de Flyer fournis par l'Air Force Museum avaient été embarqués dans le L.M.

Neil Armstrong obtient de conserver pour sa collection personnelle quelques-uns de ces minuscules témoins du double exploit de Flyer et Eagle. Six lots sont vendus dans sa succession par Heritage à Dallas le 1er novembre : deux fragments d'hélice 29 x 9 mm et 29 x 8 mm aux lots 52284 et 52285 et quatre fragments de mousseline aux lots 52280 à 52283, le plus grand mesurant 3,8 x 5 cm hors tout.

Voici le lien vers les lots répondant au critère de recherche Wright dans cette vente. Je vous invite à regarder la video partagée par Heritage.

16 oct. 2018

Au-Delà de l'Espace et du Temps

L'alchimie cherchait une relation entre toutes choses. Newton s'était appuyé sur les mathématiques pour chercher la pierre philosophale. En dissociant l'espace et le temps, il avait créé la science moderne.

Albert Einstein est né dans une famille Juive sans croyances religieuses. Après une très brève phase mystique, il rejette à son tour les écritures. Newton n'avait pas été assez loin : Einstein liera l'espace et le temps. Il trouve vers 1902 un cadre de pensée avec Spinoza pour qui Dieu ne pouvait pas avoir de réalité matérielle ni intervenir dans nos destins.

Au-delà des lois de la physique, la vérité ultime ne pourra pas être atteinte. On peut donner la désignation de Dieu à ce concept irréfutable. Einstein n'est pas panthéiste et pendant toute sa vie il déclarera qu'il n'est pas athée. Il suit aussi Spinoza pour les conséquences sociales et politiques de ses théories : les peuples sont égaux entre eux.

En 1952 le philosophe Juif allemand Eric Gutkind publie un livre intitulé Choose Life : The Biblical Call to Revolt. Il envoie un exemplaire à Einstein qui répond le 3 janvier 1954 par une lettre privée.

Le concept d'un peuple élu agace visiblement Einstein bien qu'il soit parvenu à rester courtois. Il est un Juif qui aime son peuple mais l'idée de Dieu est un produit de la faiblesse humaine et toutes les religions dont le Judaïsme sont des reliquats de superstitions primitives.

Cette lettre de deux pages autographes en allemand a été vendue pour £ 207K incluant premium par Bloomsbury le 15 mai 2008. Elle est estimée $ 1M à vendre par Christie's à New York le 4 décembre, lot 1. Entre temps en 2012 une transaction aurait été effectuée sur eBay pour un prix beaucoup plus élevé.

Lahore au Temps de Kipling

John Lockwood Kipling est passionné par l'architecture et l'artisanat et aussi par l'Inde. Juste après son mariage il est nommé sculpteur d'architecture et professeur de modelage à Bombay. Rudyard, leur premier enfant, nait dans cette ville en décembre 1865.

Les talents d'éducateur et d'illustrateur de John Lockwood Kipling lui ouvrent une belle carrière. Il travaille de 1875 à 1893 à Lahore où il est principal du Mayo College of Arts et conservateur du musée local. Revenu en Angleterre pour sa retraite, il réalise des illustrations pour le Livre de la Jungle et d'autres ouvrages de son fils.

Le 23 octobre à Londres, Bonhams vend un album assemblé et signé par J.L. Kipling à Lahore en 1888, contenant une collection de 120 photographies sur le thème des monuments de l'Inde dont Lahore et Amritsar. Il est estimé £ 100K, lot 212.

Kipling a choisi des tirages albuminés de dimensions variées qui ont été réalisés par des photographes anonymes. Il a inclus également six vues de Delhi éditées en woodburytype par Samuel Bourne.

Le fil conducteur de cet ensemble est l'intérêt didactique et la promotion de l'architecture locale. Il insère ainsi dans son album six photos prises dans la résidence de Lockwood de Forest à New York abondamment décorée de sculptures Indiennes. Proche de Tiffany, de Forest tentait d'introduire les styles de l'artisanat Indien dans les arts and crafts Américains.

15 oct. 2018

Concours de Quadricycles

La société Peugeot fabrique des outillages. Dans les années 1880 elle est un des premiers fabricants de grands-bis, tricycles et bicyclettes, dans cet ordre chronologique. Les Expositions Universelles qui se tiennent tous les onze ans à Paris ont pour but l'encouragement de l'industrie. En 1889 Armand Peugeot expose quatre prototypes d'un tricycle équipé d'une chaudière à vapeur.

Sur un autre stand dans la même galerie Panhard et Levassor exposent un prototype de quadricycle Daimler équipé d'un moteur à essence de pétrole à deux cylindres en V. L'avenir est à l'automobile à "gazoline". Peugeot commence à fabriquer des voitures équipées du V2 Daimler qui est fabriqué sous licence par Panhard et Levassor. En 1892 la société Peugeot devient Les Fils de Peugeot Frères.

Paris est passionné par les progrès techniques et aussi par leur utilisation. Le Petit Journal multiplie les évènements. La course de bicyclettes Paris-Brest-Paris est organisée en 1891. Une Peugeot Type 3 équipée d'un moteur Daimler-Panhard parvient à suivre toute la course. En incluant l'aller-retour entre l'usine de Valentigney et Paris, elle a réussi à parcourir 2100 Km.

En juillet 1894 Le Petit Journal organise Paris-Rouen qui n'est pas une compétition de vitesse mais un concours d'automobiles jugées sur trois critères : sécurité, facilité d'utilisation et bon marché. Le prix de 5000 francs est partagé entre Panhard et Levassor et Les Fils de Peugeot Frères. La vedette de cet évènement est la nouvelle Peugeot Type 5 conçue pour la compétition. Ce quadricycle à deux places est équipé du V2 Daimler-Panhard.

Quatorze Peugeot Type 5 ont été construites. L'une d'elles a conservé son châssis, ses équipements mécaniques et sa carrosserie d'origine. Elle a été repeinte et le réservoir à eau a été changé. Dans cet état sensationnel d'originalité elle sera vendue le 2 novembre à Londres par Bonhams, lot 306 estimé £ 300K, et participera à la course de vétérans de Londres à Brighton le 4 novembre.

Cette voiture a conservé une traçabilité remarquable. Son terminus post quem est la livraison du moteur par Panhard en décembre 1893 et son terminus ante quem est la livraison à son premier propriétaire en novembre 1895. Il apparait comme probable aux experts qu'elle a été conservée pendant plus d'un an par Peugeot après avoir été une des cinq Type 5 engagées par la marque sur Paris-Rouen.

Suite à des désaccords stratégiques avec son cousin, Armand Peugeot quitte en 1896 Les Fils de Peugeot Frères et fonde la Société des Automobiles Peugeot.

14 oct. 2018

Intérieur avec Lumières du Jour

A partir de 1899 Vilhelm et Ida Hammershøi vivent dans un vieil appartement au plafond haut à Strandgade 30. Les études de lumière et même de poussière apportent ambiance et présence aux vues des pièces peu meublées où parfois la jeune femme apparaît tranquillement, souvent de dos, jamais dans une intention narrative.

En 1909 le couple déménage pour s'installer dans une maison à Bredgade 25, dans un autre quartier de Copenhague. Dans cette brève période qui se termine par un nouveau déménagement en 1913,  Hammershøi cherche à renouveler sa très originale créativité mais épuise sa santé fragile sur des études de nu féminin.

Daté de 1910, un Intérieur avec chevalet conservé à la National Gallery of Denmark montre un coin d'une pièce vide à Bredgade, éclairée au travers d'une haute fenêtre visible sur le bord gauche. La lumière projetée sur le mur terne est brouillée. Dans cette phase l'artiste expérimente l'inclusion dans le gris de couleurs vives qui ne sont visibles que par une inspection rapprochée mais contribuent à l'effet d'ensemble à la manière des Impressionnistes.

En 1912 il peint une vue identique qui va beaucoup plus loin dans l'expérimentation des lumières comme un hommage aux peintres hollandais du XVIIème siècle que l'artiste admirait.

La lumière du début ou de la fin du jour provient de la même source mais est ici bien plus vive. Au travers d'une porte intérieure dans le mur, une lumière similaire apparaît comme un écho dans la pièce du fond. Une autre trace lumineuse est visible sur le sol, provenant d'une fenêtre invisible de l'autre côté. L'artiste montre ainsi en une seule vue l'éclairement du matin et du soir dans la pièce où il a installé son chevalet, selon les nouveaux principes d'angles multiples du futurisme.

Cette composition d'apparence simple est en fait un mystère auquel le chevalet, déjà placé dans la même position en 1910, contribue largement. Il est tourné vers le mur, de sorte qu'on ne peut pas voir si un travail est en cours. L'artiste actuellement absent ne pourrait observer que le mur du fond qu'on imagine tout aussi vide que le reste de la pièce.

Cette huile sur toile 78 x 70 cm est estimée $ 1,5M à vendre par Christie's à New York le 31 octobre, lot 14. Je vous invite à regarder la video partagée par la maison de ventes.

Curtis Patronné par Morgan

Né dans le Wisconsin, Edward S. Curtis passe quelques années dans le Minnesota où il est passionné par l'observation des tribus Indiennes. Etabli à Seattle, le jeune homme devient photographe. Princess Angeline, la fille du chef Seattle qui avait donné son nom à la ville était une vieille femme qui aimait se faire photographier pour une petite rétribution. Son portrait par Curtis en 1896 est admirable.

En 1904 Curtis photographie les enfants du Président Roosevelt. En 1906 lors de la parade inaugurale du second terme de Roosevelt, il photographie Geronimo et cinq autres chefs Indiens sur la pelouse de la Maison Blanche. Amateur de vie au grand air et de belles choses, Roosevelt reconnaît le talent de Curtis et le recommande auprès du banquier J. Pierpont Morgan.

Morgan accepte avec enthousiasme de financer le projet de Curtis d'un ensemble décrivant et comparant les tribus Indiennes, illustré par de petites photogravures dans les volumes de textes 31 x 24 cm et des photogravures sepia plein format en portfolios 52 x 24 cm. Le premier volume est édité en 1907. Le titre complet est The North American Indian Being a Series of Volumes Picturing and Describing the Indians of the United States and Alaska.

Curtis réalisera seul son travail gigantesque de chercheur de terrain et d'illustrateur, apparemment sans échec dans son approche amicale des tribus. L'objectif d'une durée de cinq ans est impossible à tenir. La série est achevée en 1930 avec 20 volumes de textes incluant 1503 photogravures et 20 portfolios incluant 723 photogravures sans doublon entre les deux séries d'images.

Morgan avait réservé le premier exemplaire pour lui-même et les 24 suivants pour des dons à des institutions. Le numéro 11 a été donné par Morgan à partir de 1908 à la Cooper Union Library. Il est estimé $ 1M à vendre par Swann Galleries à New York le 18 octobre, lot 57. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.


13 oct. 2018

Le Visage Blanc de la Justice

Dans la forêt profonde, des individus peuvent tenter de tirer profit de la crédulité des autres. Des phénomènes naturels ainsi que des maladies restent inexpliqués. Pour faire face à ces situations les Fang du Gabon avaient une confrérie secrète à recrutement initiatique, le Ngil, agissant à la fois comme police et justice.

Pour terroriser les auteurs de maléfices, les membres du Ngil agissaient de nuit à grand bruit. Pour éviter d'être identifié avec un individu de la communauté, le danseur portait un masque-casque. Bien entendu cette pratique devint vite incompatible avec l'administration coloniale et très peu de ces masques ont été conservés.

Le masque Ngil montre un visage très allongé dont les traits sont épurés. Les sourcils proéminents rejoignent l'arête du nez. Les yeux sont réduits à de petites fentes et la bouche est minimisée ou absente. Quand des specimens ont été rapportés en Europe, ils ont influencé l'art moderne, notamment Modigliani. Pour accentuer leur pouvoir nocturne tout en évoquant le monde livide des esprits, ils étaient blanchis au kaolin.

Avec une préservation exceptionnelle de la croute blanche, le masque de la collection Vérité a été vendu pour € 5,9M incluant premium par Enchères Rive Gauche le 17 juin 2006. Inversement le masque vendu pour € 930K incluant premium par Christie's le 13 décembre 2011 avait été utilisé sans revêtement.

Le 30 octobre à Paris, Christie's vend au lot 98 un autre masque Ngil qui a conservé une très longue et abondante chevelure, une petite barbe en raphia et des scarifications en forme de double flèche sur les deux tempes.

Porsche sur le Paris-Dakar

Le rallye Paris-Dakar était prestigieux par ses innombrables difficultés de style safari sur 14000 Km en France, Espagne et Afrique. En 1984 il est gagné par Metge et Lemoyne avec une Porsche 953 à quatre roues motrices, une grande nouveauté pour la marque. La suspension a également été améliorée.

Jacky Ickx, qui avait gagné l'édition précédente avec une Mercedes-Benz, est aussi un pilote régulier pour Porsche, notamment avec la 956, un modèle d'endurance bien adapté pour les 24 Heures du Mans. Sous son impulsion Porsche réalise un nouveau développement pour le Paris-Dakar.

Trois prototypes sont construits en 1985 et trois autres en 1986. Une septième voiture est reclassée en prototype Porsche 961 visant Le Mans. Ces voitures sont une amélioration de la 953 avec un contrôle électronique des quatre roues motrices. Elles ne constituent pas une nouvelle référence mais bénéficient des efforts de modernisation de la 959 et entrent dans cette gamme.

En 1984 les trois 953 engagées avaient terminé le Paris-Dakar. 1985 est moins glorieux avec l'abandon des trois 959. En 1986 les trois nouvelles Porsche 959 finissent à la 1ère, 2ème et 6ème place.

Deux des six 959 Paris-Dakar restent en mains privées dont une seule en état de rouler. Cette voiture est une des trois Porsche du rallye 1985 où elle était pilotée par Metge et Lemoyne. Inutilisée ensuite en compétition, elle est estimée $ 3M à vendre par RM Sotheby's à Atlanta le 27 octobre, lot 196.