26 mars 2019

Les Joueurs de Balle

Cracker Jack publie en 1914 une série de 144 cartes de baseball. Le format 5,7 x 7,6 cm est confortable comparé par exemple avec le format 3,7 x 6,7 cm de la série T 206 du tabac. L'image sur fond rouge vif est plaisante, démontrant un geste essentiel de l'action selon la spécialité du joueur, par exemple lanceur ou batteur.

Chaque personnage est un Ball Player ou un Manager. Le recto indique le nom du joueur souvent sans son prénom, la ville de son club et la ligue, American, National ou Federal. Le dos inclut une très courte biographie et indique comment ces cartes sont distribuées.

Dans cette première année les cartes sont insérées gratuitement dans les boîtes de popcorn de la marque, une par paquet. Elles sont très rares en excellent état : beaucoup d'entre elles ont été souillées soit par un emballage sans soin soit par contact avec la sucrerie.

La série Cracker Jack de 1915 apporte plusieurs améliorations incluant une plus grande épaisseur. Le nombre de sujets est porté à 176, avec très peu de modifications dans les 144 numéros d'origine. Une exception notable est le numéro 88 pour lequel une image banale du lanceur Christy Mathewson est remplacée par un beau portrait.

La distribution par cadeau dans les boîtes de popcorn est inchangée, mais les collectionneurs peuvent acquérir la série complète ou commander un album en échangeant des coupons. Le dos désormais tête bêche par rapport à l'image permet d'identifier très facilement les cartes publiées en 1915.

Les grands champions sont Joe Jackson et (Ty) Cobb, chacun brandissant sa batte. Le regard de Cobb traduit remarquablement sa réputation de personnage inamical et même bagarreur.

PSA a certifié Mint 9 deux cartes 1915 de Jackson et trois cartes 1915 de Cobb, sans historique d'enchères pour ces Jackson. Une Cobb a été vendue pour $ 430K incluant premium par Heritage le 29 juin 2017. Une autre Cobb également gradée Mint 9 par PSA est estimée $ 400K à vendre par Heritage en ligne depuis Dallas le 18 avril, lot 51270. Aucune Cobb ou Jackson de l'année précédente n'a été gradée Mint.

25 mars 2019

Les Fantômes du Fjord

En 1894 à Berlin, Edvard Munch est tenté par l'édition de ses oeuvres. Le plus significatif parmi ces premiers essais reprend le thème des deux personnages solitaires, préparé à la pointe sèche.

L'année suivante il est très prolifique avec entre autres les lithographies originales du Cri, de Madonna et de Vampire. Le public Norvégien ne suit pas. Heureux que Le Cri ait été publié par La Revue Blanche, Munch vient tenter sa chance à Paris où il arrive en février 1896.

Travaillant désormais avec Clot, Munch perfectionne son approche de la lithographie en couleurs. Angst (anxiété) est inspiré d'une huile sur toile du même titre peinte en 1894 sur le thème de la procession funèbre.

Regardant tous dans la direction de l'observateur tout en s'ignorant les uns les autres, ces personnages endeuillés ont de petits yeux hallucinés. Ils tournent le dos au fjord. Le ciel tourmenté qui occupe toute la moitié haute de l'image fait de cette oeuvre un pendant au Cri. L'artiste ne s'y trompera pas : décrivant bien plus tard la phase préparatoire de sa Frise de vie, il met en avant ces deux oeuvres ainsi que Madonna et Vampire.

Après une première version, Vollard choisit Angst parmi les neuf oeuvres à publier dans son ambitieux album de lithographies en couleurs intitulé Les Peintres-graveurs. Ce second et dernier état de Angst est imprimé en 1896 par Clot en 100 exemplaires 41 x 39 cm sur feuilles de vélin 57 x 43 cm. Cette lithographie est bicolore, un noir lugubre pour toute la partie figurative et un angoissant rouge sang pour les lignes sinueuses qui emplissent le ciel.

Les deux plus hauts résultats pour cette image ont été enregistrés par Sotheby's : $ 900K incluant premium le 1er mai 2008 et $ 830K incluant premium le 27 octobre 2016. Un exemplaire à pleines marges est estimé $ 600K à vendre par Christie's à New York le 17 avril, lot 151.

Le Dragoon Immaculé

Les collectionneurs d'armes à feu aiment les armes anciennes dans leur configuration d'origine, en condition immaculée, avec une gravure superbe et une provenance impeccable. Le Colt de numéro de série 16477 est une merveille pour tous ces critères. Il est estimé au-delà de $ 1,2M à vendre le 3 mai par RIA Company à Rock Island IL, lot 8. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par la maison de ventes.

Conçu en 1848, le Colt Dragoon était une amélioration du Colt Walker. 16477 est un Colt Dragoon de troisième modèle fabriqué vers 1857. Il a été gravé par Gustave Young avec des volutes florales luxuriantes et quelques têtes d'animaux, dans le style abondant typique de cet artiste entre 1852 et 1869. D'autres revolvers dans la même série de numéros ont servi à Colt d'armes de présentation.

16477 a été inscrit au nom du Colonel P.M. Milliken, une erreur d'orthographe probablement volontaire pour Millikin. Colonel pendant la guerre hispano-américaine de 1898, Paul Minor Millikin avait hérité cette arme de son père John Minor Millikin, un colonel de l'armée de l'Union tué au combat en 1862 en empêchant les Confédérés de s'emparer d'un train de ravitaillement.

Originaire de l'Ohio rural, John Minor avait été un très bon cavalier et homme d'épée. L'année de sa mort, sa position d'officier avait été deux fois contestée. L'achat par lui d'un tel revolver de très grand luxe apparaît comme peu vraisemblable. Une présentation posthume pour son ultime acte d'héroïsme n'est cependant pas documentée.

24 mars 2019

Les Yeux du Cong

Avec la culture de Liangzhu qui commence il y a environ 5300 ans, la civilisation agraire se développe, utilisant déjà l'irrigation, les habitations sur pilotis, la fortification des villes. Liangzhu est le premier site archéologique qui a été étudié dans cette culture, depuis 1936. 200 sites sont actuellement connus.

Le polissage du jade était déjà pratiqué en Chine trois millénaires avant la culture de Liangzhu. Sa dureté et sa durabilité en font le matériau préférentiel des objets rituels. A l'époque de Liangzhu, deux formes sont très abondantes, le bi et le cong, probablement utilisées ensemble dans des cérémonies funéraires.

Le bi est un disque plat avec un trou central. Le cong est une forme tubulaire complexe dont la paroi extérieure est un carré apparaissant par-dessus le cylindre sur tout ou partie de la hauteur.

Chaque coin du cong est utilisé pour positionner de part et d'autre un masque archaïque de taotie, comme 1000 ans plus tard sur les bronzes Shang et Zhou mais avec un style plus simple qui apporte dans les meilleurs cas une bonne lisibilité du visage.

Les proportions du cong Liangzhu ont une grande variété qui n'a pas été expliquée. Un étroit tube de 24 cm de haut dont la section carrée est divisée en neuf registres a été vendu pour HK$ 8,5M incluant premium par Christie's le 29 novembre 2017.

Le 29 mai 2018, Bonhams a vendu pour HK$ 21,7M incluant premium un cong Liangzhu de 8,4 cm de large avec deux registres superposés. Les illustrations du bas, centrées sur les arêtes assez aplaties,  figurent incontestablement des visages, chacun avec deux yeux concentriques, le nez et la bouche. Sur le registre supérieur l'image est stylisée jusqu'à l'abstraction, comme un aboutissement ultime de la créature à laquelle est adressé le mystérieux rituel.

Le 2 avril à Hong Kong, Sotheby's vend un cong réalisé vers le milieu de la période Liangzhu il y a 4500 ans, lot 3020 estimé HK$ 8M. Cette pièce de 10 cm de large aux coins aplatis a les proportions d'un bracelet mais n'en avait certainement pas l'usage.

La ciselure est extrêmement fine et très bien préservée sur la moitié de la surface. Les yeux très détaillés qui s'élargissent dans la direction des tempes n'ont rien d'humain.

23 mars 2019

Des Roses dans la Chambre Noire

Animée par Stieglitz, le groupe Photo-Secession fondé à New York en 1902 transforme la photographie en un nouvel art. Une très grande attention est apportée au développement du négatif et du positif, et les.éditions sont très soignées. Avec l'utilisation des effets spéciaux et le choix du papier optimal, les meilleurs tirages ne sont plus des multiples mais de vrais chefs d'oeuvre difficiles à refaire à l'identique.

Le 14 février 2006, Sotheby's a vendu pour $ 2,9M incluant premium un tirage 41 x 51 cm sur platine réalisé par Edward Steichen en 1904. Intitulé The pond - moonlight, cette photographie associe des conditions extrêmes de clair-obscur à la prise de vues avec plusieurs passages à la gomme bichromatée qui donnent au positif un effet de couleurs impossible à obtenir par d'autres techniques à cette époque.

Luxembourgeois d'origine naturalisé Américain en 1900, Steichen s'établit en 1908 à Voulangis, un village pas bien loin de l'actuel Disneyland Paris. Il rabat vers Stieglitz les meilleurs artistes modernes Européens, permettant ainsi à ses amis Matisse, Rodin et Brancusi d'exposer pour la première fois leurs travaux à New York.

Le 4 avril à New York, Phillips vend Heavy Roses, tirage palladium 19 x 24 cm réalisé par Steichen en 1914 et localisé à Voulangis. Pour conserver les détails dans les ombres, le photographe a utilisé l'effet Sabatier, également nommé solarisation ou pseudo-solarisation, consistant à interrompre le développement chimique pour apporter une courte exposition à la lumière blanche. Cette photo est estimée $ 400K, lot 15.

L'utilisation volontaire de l'effet Sabatier dans la chambre noire est un raffinement très rare à cette époque. La solarisation pratiquée plus tard par Man Ray et Lee Miller pour apporter un silhouettage est une autre application de ce phénomène physico-chimique qui inverse localement le positif et le négatif.

20 mars 2019

Alice d'En-Bas

Au début des années 1950, Charles Blackman cherche un thème surréaliste. Il peint des scènes souvent morbides de Schoolgirls et Schoolboys dans les tristes occupations de leur enfance.

Sa femme Barbara est une grande lectrice malgré une cécité presque complète. En 1956 elle emprunte un exemplaire d'Alice in Wonderland. Charles est séduit par cette histoire extravagante. De plus, dans sa chute, Alice pense qu'elle est en route pour down under.

Charles commence aussitôt à peindre une série de scènes inspirées des péripéties d'Alice in Wonderland, comme son ami Sidney Nolan faisait avec le bushranger Ned Kelly. L'année suivante, Arthur Boyd prendra comme thème le mariage interdit des half castes.

L'Alice de Blackman est une petite fille au regard hagard et aux yeux cernés, même pas intéressée par les variations d'échelle des meubles et des objets. Le lapin morose est un témoin de l'action, à laquelle il daigne parfois participer.

Les trois exemples ci-dessous ont été peints à la tempera et huile sur panneau en 1956.

The Game of Chess, 107 x 122 cm, a été vendu pour AUD 1,8M incluant premium par Sotheby's Australia le 23 novembre 2016. Mad Hatter's tea party, 105 x 121 cm, a été vendu pour AUD 1,9M incluant premium par la même maison de ventes le 21 novembre 2017. Alice on the table, 121 x 112 cm, est estimé AUD 1,5M à vendre le 10 avril à Sydney par Deutscher and Hackett, lot 9.

19 mars 2019

Femmes Dévoilées

Helmut Newton est un photographe de mode, proche d'Yves Saint-Laurent et de Karl Lagerfeld. Travaillant pour Vogue, Playboy, Spiegel et Stern, il cherche l'érotisme au-delà du charme. Il publie ses deux premiers livres à New York. White Women, en 1976, confronte le nu et l'habillé. Sleepless nights, en 1978, en partie photographié dans les rues de Paris, ajoute le mystère du mannequin de cire et la couleur.

Une étape supplémentaire est atteinte à partir de 1980 avec la découverte par l'artiste de la force expressive des très grands formats appliqués en noir et blanc à des nus féminins sculpturaux. Les chaussures à haut talon portées par les femmes nues apportent un effet de puissance et de domination démontrant l'achèvement de la révolution sexuelle. Le troisième livre de l'artiste, Big Nudes, publié à Paris en 1981, est un recueil de ces images.

Big Nudes inclut un diptyque intitulé Sie kommen. Dans le studio sans décoration, quatre femmes avancent comme dans un défilé de mode. Elles ont la même position frontale et la même attitude sur les deux photos. A gauche elles sont élégamment habillées. A droite elles sont nues sur leurs hauts talons.

Dans le plus grand format sur lequel les quatre femmes sont en grandeur nature, chaque photo du diptyque est séparée en deux éléments. Un ensemble de quatre panneaux d'exposition 193 x 99 cm chacun numéroté II/III et annoté en 1995 pour la Biennale de Venise a été vendu pour $ 660K incluant premium par Christie's le 16 décembre 2008.

Dans un format similaire, un groupe de quatre tirages non montés numérotés 1/3 est estimé $ 600K à vendre par Phillips à New York le 4 avril, lot 85.

Un diptyque Sie kommen en deux éléments 106 x 106 cm, sans la séparation centrale de chaque image, a été vendu pour $ 670K incluant premium par Sotheby's le 3 avril 2016.

18 mars 2019

Vapeur pour l'Oeuf

Au tournant du XXème siècle, les mécaniciens sont bien excités : l'automobile permet les transports à volonté, contrairement au rail. Trois technologies s'affrontent : le moteur à allumage qui utilise un carburant, le moteur électrique et le moteur à vapeur.

Le moteur électrique prend tout de suite l'avantage : les records de vitesse sont alternativement améliorés par Jenatzy sur des voitures de sa conception et par Chasseloup-Laubat sur Jeantaud.

Les frères Serpollet sont spécialistes du moteur à vapeur avec lesquels ils fabriquent et vendent des tricycles automobiles dès 1888. Brevetée par Léon Serpollet en 1888 et en 1896, la vaporisation instantanée permet à cette technologie de devenir opérationnelle pour les automobiles. En 1898 il intéresse un riche Américain avec qui il fonde la société Gardner-Serpollet et commence la production de la marque en 1900.

En 1902 une Gardner-Serpollet conduite par Léon Serpollet est la première automobile à vapeur à battre le record de vitesse, atteignant 120 km/h au kilomètre lancé, 15 km/h de mieux que le précédent record par Jenatzy. Tout comme la Jamais Contente en forme d'obus de Jenatzy, l'Oeuf de Pâques de Serpollet a une carrosserie minimaliste.

La même année Gardner-Serpollet pousse ses avantages sur sa production industrielle en promouvant l'absence de bruit, d'odeur et de vibrations.

Le 23 mars à Fontainebleau, Osenat vend une Gardner-Serpollet Type F de 1902, lot 112 estimé € 200K. La vidéo présentant ce lot est intégrée dans le tweet ci-dessous. Dans la même vente, le lot 113 estimé € 60K est une réplique récente de L'Oeuf de Pâques.

16 mars 2019

Simple Trahison

En 1921 le jeune René Magritte est embauché comme dessinateur dans une usine de papiers peints à Bruxelles. Il fréquente les milieux littéraires surréalistes et dadaïstes et voudrait prendre son indépendance comme illustrateur publicitaire.

Attentif aux avant-gardes artistiques, Magritte est subjugué en 1923 par une image du Chant d'amour, oeuvre surréaliste peinte en 1914 par De Chirico. Les objets ordinaires constituent un univers poétique si leur positionnement est absurde.

Le 29 mars à Paris, Sotheby's vend La salle d'armes, huile et peinture industrielle sur toile de jute 78 x 63 cm peinte par Magritte en 1925 ou 1926, lot 411 estimé € 700K.

La salle proprement dite est l'intérieur d'un cube allongé, parfaitement symétrique, avec des lignes de perspective parfaites. La seule décoration est la grande cible en quatre cercles concentriques sur le mur du fond. Le seul ameublement est une table basse. L'inspection aux rayons X révèle que La salle d'armes a été peinte par-dessus une abstraction géométrique, un style qui désormais ne convient plus à sa fantaisie.

Aucune arme n'est visible mais une assiette de figues a été posée sur la table. L'absurdité est très simplement assurée par un buste de femme qui est suspendu au plafond tête en bas et dont le socle déborde sur la bande haute du faux cadre. Dans l'univers surréaliste de De Chirico, le buste en marbre symbolisait l'actualité de l'antiquité.

Dès 1926 Magritte observe qu'une image d'un objet reste une image et n'est pas l'objet. Il commence à confronter le dessin de sa pipe avec le mot 'pipe' ou avec une abstraction. En 1929 La trahison des images est un manifeste artistique d'une sublime simplicité, en seulement six mots : "Ceci n'est pas une pipe."

Dans la même période Miro aussi comprenait que la nouvelle dimension poétique de l'art moderne était un travail personnel qui ne pouvait pas s'attacher à un mouvement et encore moins à une affiliation politique.

L'image du tweet ci-dessous est tronquée, apportant à l'oeuvre une banalité qui aurait amusé Magritte.

15 mars 2019

La Bête de Jade

La plaque de jade est utilisé en Chine depuis l'époque néolithique. Elle est perforée pour être utilisée en pendentif, en collier ou en ornement de ceinture. Des figurations zoomorphes reconnaissables apparaissent il y a plus de 5000 ans : poisson, tortue, oiseau.

Sous les Shang et les Zhou, les plaques de plus en plus élégantes en jade poli peuvent prendre la forme de bêtes indomptables : tigre, rhinocéros, dragon. Utilisées comme ornements pectoraux, elles sont un signe de la puissance du porteur et l'accompagnent dans la tombe. Cette pratique perdure sous les Han.

Parmi les pièces zoomorphes, la forme allongée 'tiger plaque' est assez courante. Le détail du détourage est une adaptation de l'artiste à la forme du galet, tout comme les peintres pariétaux utilisaient les aspérités des parois des grottes pour concevoir leur figuration.

Le 3 avril à Hong Kong, Sotheby's vend une plaque en jade jaune ciselée en faible relief sur ses deux côtés, lot 3620 estimé HK$ 25M. Elle mesure 22 cm de long, ce qui est une dimension extrême pour une utilisation pectorale. Elle a été réalisée dans la période finale des Zhou de l'Est chevauchant la période des Royaumes Combattants, il y a environ 2300 ans.

La bête couchée n'est pas identifiable : l'artiste a volontairement créé un hybride aux formes musclées, avec la silhouette massive d'un rhinocéros, la peau à pustules d'un dragon, le large museau d'un ruminant et une longue corne sur le front. Les parties lisses des épaules et des hanches sont illustrées respectivement d'un oiseau et d'un dragon aux élégantes ondulations. Le bord de la plaque porte une inscription en deux caractères qui n'a pas été déchiffrée.