19 janv. 2020

L'Hédonisme Caché de la Californie

En 1964 le jeune David Hockney cherche un Paradis sur terre. Son avion survole San Bernardino. Sa première vision de la Californie est le réseau des piscines cachées derrière les bungalows, qui permettent aux habitants de pratiquer en toute discrétion toutes les formes d'hédonisme sous un soleil éclatant.

Revenu en Californie en 1966, David est très excité par une photo instantanée en couleurs en couverture d'un manuel de construction de piscines. Le premier plan est un plongeoir. L'eau est agitée par les éclaboussures que vient de provoquer un plongeur invisible.

L'artiste copie la photo en une première version de peinture, A Little Splash, 40 x 50 cm. La peinture libère le thème de son aspect documentaire. Cette scène où aucun personnage n'est visible symbolise avec beaucoup plus de force la joie de vivre. Les quatre bords de la toile ne sont pas peints, afin d'imiter l'encadrement d'une photo.

L'effet est spectaculaire. David réalise avec une grande minutie deux acryliques de grande dimension, The Splash, 183 x 183 cm, avant la fin de l'année, et A Bigger Splash, 242 x 244 cm, l'année suivante. L'artiste s'est plus tard amusé d'avoir consacré deux semaines à l'expression d'une éclaboussure qui n'a pas pu durer plus de deux secondes.

The Splash a été vendu pour £ 2,9M incluant premium par Sotheby's le 21 juin 2006, un prix très élevé pour cet artiste à cette époque, et est estimé £ 20M à vendre par Sotheby's à Londres le 11 février, lot 16.

Hockney offre dans son art l'interprétation de sa fantaisie, sans recherche du réalisme. Par exemple, l'horizon reste inspiré par le modèle photographique mais est prolongé au travers du bungalow sans que l'on puisse statuer s'il s'agit d'une perspective ou d'un reflet. Une illusion surréaliste similaire figure dans une oeuvre de la même période, Beverly Hills Housewife, vendue pour $ 7,9M incluant premium par Christie's le 13 mai 2009.

Une architecture minimaliste représente mieux les habitations Californiennes. Le toit du Splash tel qu'il avait été photographié par le spécialiste des piscines était encore trop classique. Il sera supprimé dans le Bigger Splash et le BH Housewife.

18 janv. 2020

La Route de l'Elégance

Pour rester compétitif en Grand Prix, Bugatti remplace la Type 35 par la Type 51 en 1931. La Type 55 est la version routière de la 51 avec le même moteur 8 cylindres en ligne 2,3 litres légèrement désaccordé.

La production de la 55 commence en 1932. Un des tout premiers clients est Guy Bouriat, qui vise le Mans. Sa voiture, prête juste à temps pour cette compétition, est vue comme la meilleure représentante de l'industrie française face à l'Alfa Romeo 8C 2300 qui a le même déplacement moteur et est également surcompressée.

Un caillou de la route perce le réservoir, mettant fin à cette première sortie. Bouriat vend aussitôt après la voiture à Jacques Dupuy. Le nouveau propriétaire est le fils de feu Paul Dupuy, un patron de presse qui organisait des évènements de sports mécaniques dans les années 1910 pour Le Petit Parisien et a créé en 1920 l'hebdomadaire Miroir des Sports.

Jacques ne veut pas conserver la carrosserie qui avait été construite spécialement pour répondre aux règlements pointilleux du Mans. Il ne veut pas non plus du roadster sans porte conçu par Jean Bugatti. Sa voiture est carrossée selon ses plans en supersport deux places par Figoni.

Jacques Dupuy mène sa 55 jusqu'en 1936 dans des évènements pittoresques typiques de cette époque : courses routières par étapes, courses de côtes, kilomètre départ arrêté, freinage. Il remporte la compétition composite Paris-Nice en 1933.

Sans oublier les concours d'élégance féminine. Avec cette Bugatti conduite par un mécanicien en livrée et accompagnée de deux chiens, la comtesse de Rivals-Mazères gagne un phonographe au Concours d'Elégance du Bois de Boulogne sponsorisé par les journaux Fémina et L'Intransigeant.

Cette 55 Figoni unique en son genre a gardé une très bonne authenticité malgré un grave accident en 1994. Elle est équipée du moteur d'origine d'une autre 55. Après 56 ans consacrés au plaisir d'un propriétaire enthousiaste, elle est estimée € 4M à vendre par Bonhams à Paris le 6 février, lot 268.

17 janv. 2020

Pissarro joue avec le Feu

Camille Pissarro a pu être considéré comme l'ultime garant du mouvement impressionniste. Il est le seul artiste dont des peintures ont été incluses dans les huit expositions du groupe. Il pourrait tout aussi bien être considéré comme leur fossoyeur : le refus de Monet, Sisley, Renoir et Caillebotte de participer à la huitième et dernière exposition en 1886 est une protestation contre le support apporté par Pissarro à ses nouveaux amis Seurat et Signac.

Pissarro s'est éloigné de la région Parisienne en 1884 pour s'installer à Eragny-sur-Epte, près de Gisors et pas bien loin de Giverny. Il observe la vie paysanne authentique dans un agréable paysage champêtre. C'est là que, pour mieux s'approprier l'ambiance tranquille du lieu, il utilise les techniques divisionnistes. Seurat est très fier de cette apostasie de l'impressionnisme par un des ses plus célèbres promoteurs.

Le divisionnisme, ou pointillisme, est une technique laborieuse, qui s'avère difficilement compatible avec l'envie de spontanéité et d'humanisme de Pissarro. Au moment de la mort prématurée de Seurat en 1891, il déclare que cette technique ne lui convient plus. La peinture hachurée au couteau des oeuvres pointillistes de Pissarro ouvre cependant la voie à la touche précise et minutieuse de la suite de sa carrière.

Signac avait réussi à convaincre Seurat que le pointillisme prenait tout son avantage pour exprimer une lumière intense. Cette remarque est superbement appliquée par Pissarro dans sa peinture Gelée blanche sous-titrée Jeune paysanne faisant du feu, huile sur toile 93 x 93 cm conçue au printemps 1887 et terminée en juillet 1888.

Par un matin ensoleillé d'hiver, une paysanne aidée d'un jeune garçon alimente un grand feu de bois dans un pré. Elle est courbée sous le vent qui pousse sa jupe, imitant la position de la femme dans l'Angelus de Millet comme un pied de nez de l'anarchiste à la scène religieuse de son prédécesseur. Les chauds vêtements du garçon confirment l'ambiance de froid très vif.

L'exploit technique de cette oeuvre est l'extrême luminosité de la fumée, constituée d'un réseau de hachures bleues croisées progressivement entrecoupées de larges traits blancs dans un effet de contraste qui apporte une illusion tridimensionnelle.

Cette peinture brillante est un tour de force peut-être unique de la courte période pointilliste de Pissarro. Elle a été saisie en 1940 à Paris chez un collectionneur juif. Restituée en 2018 à ses héritiers après avoir été confiée pendant dix-huit ans au Musée d'Orsay, elle est estimée £ 8M à vendre par Sotheby's à Londres le 4 février, lot 11.

Les Métamorphoses de Rodin

Dans sa recherche de l'expression d'une sensualité extrême, Rodin observe les plus beaux corps, nus et musclés dans toutes les contorsions de la gymnastique. L'Age d'airain, vers 1877, est un homme debout. Le Torse d'Adèle, vers 1882, est une femme couchée avec le dos très cambré.

Cette approche sans précédent dans l'histoire de la sculpture lui apporte en 1880 la commande par la direction des Beaux-Arts d'une porte monumentale destinée au futur Musée des Arts Décoratifs. Il travaillera sans relâche sur ce projet, avec comme fil conducteur l'Enfer de Dante. Il ajoute et retire continuellement des thèmes, et fait réaliser des bronzes et des marbres de ses figures.

Ainsi l'Eternel Printemps, un de ses plus célèbres groupes, est disqualifié pour la Porte quand Rodin vient à considérer que ce couple engagé dans une étreinte charnelle n'est pas tragique.

Conçue en 1887, la Faunesse, également nommée la Satyresse, a une place incontestée dans la Porte. Elle est à genoux avec les pieds croisés. La position des mains en parallèle entre les omoplates permet de cambrer le corps mince, comme une version redressée du torse d'Adèle.

Baudelaire avait considéré Venus comme l'avatar ultime des diablesses, faunesses et satyresses. La Faunesse à genoux de Rodin a un corps humain parfait mais le museau bestial d'une chèvre, attendant sans retenue le moment du péché charnel. Conscient de cette brutalité qui convient parfaitement pour l'Enfer, l'artiste conçoit vers 1890 deux versions douces avec une tête humaine, Le Réveil et La Toilette de Venus.

Rodin a dédicacé pour son ami Puvis de Chavannes un exemplaire en marbre de Carrare blanc de la Faunesse à genoux. Bien que cette sculpture ne soit pas identifiée explicitement dans la correspondance entre les deux artistes, elle est probablement l'objet d'un remerciement envoyé par Puvis de Chavannes à Rodin en août 1890.

Ce marbre de 54 cm de haut a été vendu pour € 720K incluant premium par Cornette de Saint Cyr le 6 juillet 2011, lot 23. Je l'avais discuté dans cette chronique avant la vente. Il est estimé £ 1M à vendre par Christie's à Londres le 5 février, lot 21.

16 janv. 2020

Les Femmes de la Génération Perdue

Tamara de Lempicka organise sa carrière avec l'habileté d'une femme d'affaires. Pour que son style de portrait devienne facilement reconnaissable, elle conçoit une synthèse entre les traits précis des Maniéristes italiens et les longs corps dénudés d'Ingres. La forme et la couleur doivent rester simples et naturels, à l'opposé de l'impressionnisme. Pour l'ambiance du fond, elle s'inspire du cubisme de Lhote.

Après les premiers succès, elle gagne son autonomie. En 1928 elle achète un appartement à Paris. Après l'avoir fait aménager dans le style moderniste par Mallet-Stevens, elle l'utilise comme atelier, salle d'exposition et salon mondain. Elle n'a plus besoin de son mari. En divorçant, elle apparaît comme une femme libérée qui influe sur le style de vie.

Les jeunes hommes ont été décimés par la guerre et les survivants ont perdu leurs repères. Ils constituent la "génération perdue". Les relations sociales se transforment à l'avantage des femmes les plus entreprenantes pour lesquelles Greta Garbo devient la référence.

La crise financière de 1929 accentue ces bouleversements. Les aristocrates excentriques qui avaient constitué sa première clientèle sont ruinés. Les nouveaux riches cherchent des signes ostentatoires de la pérennité de leur pouvoir. Ils achètent des voitures de luxe et épousent les plus jolies femmes. Lempicka peint les portraits de ces jeunes dames, avec une intimité favorisée par sa bisexualité. Son seul concurrent à Paris est Van Dongen.

Les portraits de femmes peints à cette époque par Lempicka montrent une attitude dominatrice et inaccessible, avec un regard dans l'ombre et un petit sourire narquois. Les drapés sont d'une grande variété, sans forcément s'appuyer sur la mode du moment.

Cette phase cesse en 1934 quand elle épouse un riche baron Hongrois. Elle n'a plus besoin de ses clients et ses thèmes deviennent plus allégoriques sans toutefois changer de style.

Peint en 1932, le portrait de Marjorie Ferry est une huile sur toile 100 x 65 cm. Marjorie est une chanteuse de cabaret anglaise qui a épousé un riche financier. Le mari est le commanditaire de l'oeuvre, qui a été gardée dans la descendance jusqu'en 1995.

La jolie blonde est nue au-dessus de la ceinture, et enveloppée d'une ample draperie satinée qui la fait comparer à une déesse antique. Le dos bien éclairé est sensuel et le regard tourné vers le spectateur est un peu insolent. Elle est debout derrière un banc de bois qui peut être un accessoire de théâtre et le fond Hollywoodien est constitué de colonnes grecques. Elle baisse la tête pour rester dans le cadre, comme le flamant rose d'Audubon.

Cette peinture a été vendue pour $ 4,9M incluant premium par Sotheby's le 5 mai 2009. Elle est estimée £ 8M à vendre par Christie's à Londres le 5 février, lot 8.

14 janv. 2020

Un Trop Long Règne

George III est atteint en 1810 d'une maladie mentale incurable, et son état de santé s'aggrave au fil du temps. Le prince de Galles, futur George IV, assure la régence.

Pendant cette période, la victoire finale sur l'empire Napoléonien mène le Royaume-Uni au bord de la ruine financière. La réforme de 1816 définit une nouvelle monnaie, nommée souverain ou livre, par référence à un étalon or. La monnaie d'argent est dévaluée et la guinée devient périmée.

Pour graver la nouvelle monnaie, la Royal Mint embauche Benedetto Pistrucci, un médailliste Italien récemment arrivé à Londres. Le souverain d'or montre sur l'obvers la tête laurée d'un ancien portrait du roi, et sur le revers une image dynamique de St George terrassant le dragon.

Il faut maintenant préparer les plus hautes dénominations. Le 5-sovereigns succède au 5-guineas, dont la dernière émission datait de 1753. La création d'un double sovereign est également décidée. Ces deux pièces ont le même dessin, basé sur le sovereign de 1817 avec un rajeunissement du visage du roi et le remplacement de la lance brisée du saint par une épée.

Au début de 1820, les matrices sont prêtes pour les deux nouvelles dénominations. La mort du roi le 29 janvier oblige à annuler le projet de ces émissions. La production est limitée à 25 pièces d'or de 5 livres et 60 pièces d'or de 2 livres. Chacune de ces valeurs existe en deux variantes : le bord est lisse ou inscrit en relief d'une référence à la 60ème année de ce trop long règne.

Un pattern five pounds à bord gravé, gradé PR63 Deep Cameo par PCGS malgré une rayure derrière la queue du cheval, avec une riche couleur peau d'orange, a été vendu pour £ 300K hors frais par Spink le 14 mai 2015 sur une estimation basse de £ 100K. Elle est estimée $ 425K à vendre le 19 janvier à New York par Baldwin's of St James's, lot 169 ici lié sur la plate-forme d'enchères NumisBids.

Le lot 170 de la prochaine vente, estimé $ 70K, est le meilleur exemplaire du pattern two pounds, gradé PR64 Ultra Cameo par NGC. Il a également le bord gravé.

Le double souverain d'or de George IV est mis en circulation en 1823, suivi deux ans plus tard du five sovereigns.

La participation de William Wyon en 1820 aux retouches du dessin de Pistrucci est possible. Toujours est-il que la Una and the Lion de Wyon qui symbolisera en 1839 le nouveau règne de Victoria est incontestablement une féminisation de cet héroïque St George.

12 janv. 2020

La Tête dans le Vent à 355 km/h

Le Salon de l'auto de Genève en mars 2013 marque le début d'une ère nouvelle. Trois constructeurs proposent des coupés capables de vitesses extrêmes sans perdre l'homologation routière. Avec un prix de $ 4,6M annoncé à Genève, la Lamborghini Veneno sera trois fois plus chère que ses concurrentes, la Ferrari LaFerrari et la McLaren P1.

L'objectif industriel n'est cependant pas le même. La production commerciale du coupé Veneno est limitée à trois exemplaires. Très active pour célébrer sa 50ème année, Automobili Lamborghini dévoile en octobre 2013 son projet de roadster Veneno à construire en neuf unités. Le prix annoncé est € 3,3M hors taxes, soit $ 600K de plus que le prix final estimé du coupé.

Cette réalisation d'une voiture sans toit qui maintient jusqu'à 355 Km/h la sécurité légalement requise et le respect des normes anti-pollution est un exploit technique, pour lequel Lamborghini a trois ans d'avance sur la LaFerrari Aperta. L'argument de vente est la sensation de dominer la route.

Basée sur l'Aventador dont une version roadster est également lancée en 2013, la Veneno est spécialement étudiée pour l'optimisation des circulations d'air et la stabilité dans les virages. Le renforcement du châssis rend le roadster Veneno 50 Kg plus lourd que le coupé mais les performances sont identiques.

La production des neuf roadsters est effectuée comme prévu. Le premier exemplaire est dévoilé à Abu Dhabi en décembre 2013. Titré 2014, le septième a été vendu pour CHF 8,3M incluant premium sur une estimation basse de CHF 5,2M par Bonhams le 29 septembre 2019, avec 325 km au compteur. Avec 450 km au compteur, le second roadster Veneno, titré 2015, est estimé € 4,5M à vendre par RM Sotheby's à Paris le 5 février, lot 153.

La Mercedes-Benz Super Sport

Après la fusion de Daimler et Benz, Ferdinand Porsche introduit en 1927 la gamme de voitures de sport Mercedes-Benz Typ S avec moteur surcompressé. Les premiers modèles sont le S400 (4 litres) et S630 (6,3 litres). Le S680 (6,8 litres) est développé à la fin de la même année.

Mercedes-Benz maîtrise désormais la technologie qui lui permettra de gagner les compétitions. En 1928 la SSK, code interne W06, est équipée d'un moteur de 7,1 litres. La vitesse de pointe est 190 Km/h, une performance exceptionnelle à cette époque.

Le W06 est également offert pour la route, sous la référence 710 SS 27/140/200. SS, signifiant Super Sport, est une nouvelle désignation pour identifier le modèle. Les trois nombres qui suivent indiquent en cv la puissance fiscale et la puissance réelle sans et avec le compresseur.

Mercedes-Benz vise aussi l'exportation. Un châssis roulant assemblé en 1929 est envoyé à New York. Le châssis a été partiellement chromé, probablement avant d'être exposé sur le stand de la marque au salon de New York en 1930.

Ce châssis vient ensuite temporairement en France pour recevoir une carrosserie en Sport Tourer à quatre portes par Fernandez et Darrin. Travaillant à Paris pour une clientèle américaine, Darrin est un spécialiste de Hispano-Suiza et Duesenberg. Son modèle grand tourisme est une carrosserie sans marche-pied qui accentue l'apparence sportive du véhicule.

Cette Mercedes-Benz du plus haut de gamme de la période Ferdinand Porsche est estimée € 6M à vendre par Artcurial à Paris le 7 février, lot 45. Son authenticité est certifiée par Mercedes-Benz Klassik.

10 janv. 2020

Les Dragons d'Argent de Luigi Giorgi

La standardisation de la monnaie est indispensable pour le maintien de l'unité politique de la Chine. La production est centralisée à Tianjin et le dollar vient remplacer le système compliqué basé sur des fractions du tael.

L'usine de Tianjin survit aux changements de régime : la chute des Qing est suivie de la république, proclamée le 1er janvier 1912, interrompue en 1915 par l'auto-proclamation de son président Yuan Shikai comme empereur et rétablie après sa mort en 1916.

De 1910 à 1920 le concepteur principal et graveur en chef de l'usine de Tianjin s'appelle Luigi Giorgi. Il réalise plusieurs projets de monnaies d'argent dont certaines sont signées de son nom. Ses pièces sont dessinées et gravées avec une grande finesse. Son One Dollar au Dragon dans les nuages daté de la 3ème année de l'empereur enfant Xuantung, 1911 CE, est la dernière monnaie impériale des Qing.

Conçu la même année par Giorgi, le dollar d'argent au Dragon aux longues moustaches n'a pas été accepté pour circulation. La meilleure pièce survivante est gradée SP-65 par NGC. Elle a été vendue pour $ 430K incluant premium par Bowers and Merena le 4 décembre 2010 sur une estimation basse de $ 50K. Elle est estimée $ 400K à vendre le 17 janvier à New York, lot 20246. par Stack's Bowers successeur de Bowers and Merena.

La chute des Qing rend obsolète le dragon, symbole impérial bientôt remplacé par le portrait de Yuan Shikai. Les dollars d'argent à cette effigie datés de l'an 3 de la République, 1914 CE, ont également été préparés à Tianjin par Giorgi.

9 janv. 2020

La Signature de John Hancock

John Hancock, très riche marchand de la Nouvelle-Angleterre, était particulièrement pénalisé par les nouvelles lois fiscales de la puissance coloniale. Son engagement dans les évènements sanglants de la résistance à Boston le rendait populaire auprès des patriotes. Il devient président du second Congrès Continental, ouvert en mai 1775, après une défaillance de santé du président initialement nommé.

Le Congrès débat de la stratégie à adopter face à l'Angleterre : réconciliation équitable ou séparation. Les partisans de l'indépendance forment un comité pour préparer une déclaration qui est rédigée par Jefferson.

Hancock préside la séance du 4 juillet 1776 au cours de laquelle les délégués acceptent le texte du comité d'indépendance. Désormais le temps presse. John Adams dira plus tard : "We were all in haste". Le document préparé par Jefferson est signé par Hancock et attesté par le secrétaire du Congrès, Charles Thomson. Il est aussitôt fourni à John Dunlap, l'imprimeur officiel des documents du Congrès.

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, Dunlap imprime un broadcast en environ 200 exemplaires. Pour accompagner le broadcast, Hancock prépare une lettre incitant à sa proclamation publique. La lettre est écrite par un clerc en treize exemplaires les 5 et 6 juillet, et envoyée à une personnalité ou à une assemblée dans chacune des treize colonies. Un envoi similaire est fait à deux chefs de guerre dont Washington.

Chaque lettre est signée par Hancock. Sa puissante signature, d'une grande lisibilité et soulignée d'un petit monogramme, est restée proverbiale aux Etats-Unis.

Le 27 janvier à New York, Sotheby's vend une des lettres signées par Hancock, lot 2271 estimé $ 600K. Le nom de l'état destinataire a été gratté. Elle n'est pas une des neuf lettres aux états dont le destinataire a été identifié. Par élimination, elle est l'annonce de la Déclaration par Hancock pour l'usage en Georgie, Caroline du Nord, Caroline du Sud ou Virginie. Parmi les neuf lettres dont le destinataire est documenté, cinq sont actuellement perdues.

Les délégués présents à la séance du 4 juillet n'ont pas été invités à signer avec Hancock et Thomson. Le manuscrit d'origine est perdu, sans doute détruit par Dunlap après usage. Le 19 juillet, le Congrès décide de préparer une nouvelle copie pour recevoir toutes les signatures.