22 nov. 2014

L'Ermite Pétrifié de Carélie

Nikolai Roerich a participé activement aux mouvements artistiques Russes jusqu'à la Révolution. Pacifiste et passionné par le mysticisme dans toutes les religions, il refusa le Bolchévisme et s'exila.

Il trouva en Carélie un endroit approprié pour vivre face aux forces brutes de la nature et développer un nouveau style artistique. L'homme est tout petit, noyé dans un environnement grandiose, et pourtant il domine la scène par la force de son esprit.

Roerich trouve son inspiration dans la légende de St Siméon Stylite, cet ascète qui pria pendant près de quarante ans sans descendre de sa colonne. Le 26 novembre à Londres, Bonhams vend The Praying Stylite, tempera et huile sur toile 154 x 129 cm peinte en 1918, lot 30, chef d'oeuvre de la période Carélienne de l'artiste.

Le saint homme disparaît presque dans des montagnes expressives aux couleurs très saturées. Il est seul. Il prie debout depuis si longtemps que ses pieds sont pétrifiés. Sa silhouette est desséchée et la barbe atteint les genoux.

Roerich est un peintre du mysticisme, et pas seulement du mysticisme chrétien. Après la Carélie, il voyagea beaucoup, notamment en Asie. Son Lao Tseu et son Confucius peints à la tempera sur toile vers 1924 ont une inspiration similaire à celle du Stylite Carélien, avec des couleurs plus claires. Ces peintures ont été vendues $ 2,2M et $ 1,25M incluant premium par Sotheby's le 26 avril 2006.