21 janv. 2015

Deux Filles sans Homme

L'entrée des scènes de prostitution Parisiennes dans l'art français du XIXème siècle marque une révolte ou un dégoût des artistes contre la vie bourgeoise. Issu d'une famille de la grande aristocratie, Henri de Toulouse-Lautrec rejoint cette tendance dont il fait sa spécialité.

Lautrec devient vite un familier des maisons closes de Montmartre. Il développe une technique spécifique de peinture à l'essence qui donne à la peinture à l'huile une apparence proche du pastel. Vivant en permanence auprès des filles, il obtient des commandes pour la décoration des bordels.

L'artiste infirme est bien accueilli, au point d'assister aux moments de repos et de délassement des prostituées. Observateur de la sensualité comme Degas et Rodin, Lautrec est excité par la transgression de l'interdiction bourgeoise de l'homosexualité. Quand elles ne travaillent pas, les filles de ses bordels trouvent leur intimité entre elles, sans homme.

Le 3 février à Londres, Sotheby's vend Au lit : le baiser, une scène intime où le spectateur voit bien que l'artiste n'a pas dérangé les filles dans leur action érotique. La sensualité émanant de cette oeuvre est renforcée par le fait que les filles ne sont pas nues.

Cette peinture à l'essence sur panneau 39 x 58 cm peinte en 1892 est estimée £ 9M, lot 18.

Dans le thème de l'intimité lesbienne par Lautrec, elle anticipe l'Abandon (le Repos), peint en 1895, vendu £ 6,2M incluant premium par Christie's le 4 février 2009, ainsi que le portfolio de gravures Elles éditée en 1896.