11 janv. 2015

Les Jardins Paysagers des Lumières

Le siècle des Lumières aboutit entre autres à un besoin de retrouver la nature. Le jardin à la française, avec sa stricte géométrie, est désormais démodé. A Ermenonville, le marquis de Girardin installe pour la première fois en France un jardin paysager à l'anglaise, dont les conceptions sinueuses offrent des ambiances multiples.

Hubert Robert a été formé à Rome, où il a séjourné pendant onze ans. Il a vu Tivoli et rencontré Piranèse, et a développé une vocation de concepteur de jardins. Les peintures de Hubert Robert ne sont ni des paysages réalistes ni de simples capricci de ruines romantiques. Ce sont des projets de jardins.

Robert a peut-être travaillé pour Girardin à Ermenonville. Après 1774, la nouvelle reine Marie-Antoinette veut concilier sa haute noblesse avec certains aspects de la vie paysanne. Il sera impliqué dans la réalisation du Hameau de la Reine à Trianon.

Le 28 janvier à New York, Christie's vend une paire d'huiles sur toile peintes en 1774, lot 53 estimé $ 2M. Ces deux peintures sont très grandes et de même dimension, 245 x 191 cm, et pourtant les thèmes sont opposés, entre la violence d'une cascade Italienne et le calme d'un canal du Nord. Inconnues du vivant de l'artiste, elles avaient certainement comme objet de convaincre un patron de l'infinie variété du nouveau style de jardins.