8 févr. 2015

France-Suède au Parc des Princes

Nicolas de Staël ne se satisfait plus de l'abstraction et tente un retour au figuratif comme peintre de paysages.

Le déclenchement de son inspiration pour un style différent est le match de football entre la France et la Suède le 26 mars 1952. L'événement n'a pas intéressé seulement les amateurs de sport : c'est un des premiers matchs joués en nocturne au Parc des Princes.

L'artiste perçoit les couleurs de cette lumière inhabituelle et l'incessant mouvement des maillots colorés. Désormais, il s'appuiera sur sa mémoire pour recréer ses impressions vibrantes des couleurs perçues, dans des compositions intermédiaires entre l'abstrait et le figuratif.

Dans les jours qui suivent le match, de Staël peint 25 variations sur le thème des footballeurs, recréant en quelque sorte par cet ensemble toute la variété de l'action et du mouvement. Une huile sur toile 65 x 81 cm est estimée £ 2M à vendre par Sotheby's à Londres le 10 février, lot 17.

Jusqu'à la fin de sa vie, de Staël réutilisera cette méthode éprouvante basée sur sa mémoire sensorielle, avec d'autres thèmes dont les plus expressifs seront le voyage en Sicile et le nu. Sa santé mentale s'effondrera dans cette frénésie.

Il avait été un pionnier à une époque où les couleurs artificielles de la publicité envahissaient notre environnement, favorisée par la facilité croissante à réaliser la photographie en couleurs.