2 mai 2015

Le Minimalisme de l'Emotion

Le Look Mickey de Roy Lichtenstein, en 1961, est le grand tournant de l'art moderne. L'image est figurative, populaire (par les personnages de Disney), impossible (des animaux qui imitent les humains), burlesque, et même animée par son texte qui permet d'apprécier ce qui s'est passé auparavant et ce qui surviendra après.

Leo Castelli comprend tout de suite l'importance de ce travail. Roy aussi. L'artiste se précipite sur les comics d'amour et de guerre, considérés comme un art mineur mais qui plait démesurément au public. Sa technique de montrer les points d'imprimerie à l'échelle des très grands agrandissements de sa peinture et de conserver les couleurs pures est également astucieuse car elle fait le lien entre l'inspiration et l'oeuvre.

Roy trouve ce qu'il cherche. La source est abondante et la voie est inexplorée. Le dessinateur du comics d'origine a créé sans le savoir des chefs d'oeuvre de l'image émotionnelle. Pour lui, la scène était indissociable de l'histoire. En isolant de leurs contexte des images simples avec ou sans phylactère, Roy a réussi la gageure d'offrir un art à la fois majeur et populaire.

Le 12 mai à New York, Sotheby's vend au lot 15 The Ring (engagement), une huile sur toile 123 x 178 cm peinte en 1962 qui est une des plus grandes par cet artiste à cette époque. Le communiqué de presse du 23 mars annonce une estimation aux environs de $ 50M.

Une main d'homme présente la bague au doigt d'une femme. C'est tout. C'est la représentation d'un des rites de passage les plus importants de notre civilisation. On ne saura rien de plus de ce nouveau couple, mais la position des mains exprime la confiance réciproque qui sublime cet acte.

Je vous invite à jouer la video partagée par Sotheby's :