12 juin 2016

La Recherche de l'Age d'Or

L'art de Frederic Leighton a connu en son temps un énorme succès. Il n'a que 25 ans quand la reine Victoria achète une première peinture. Il est encore aujourd'hui le seul artiste qui ait été nommé Lord mais sa baronnie non héréditaire attribuée en 1896 est la plus éphémère de l'histoire d'Angleterre : il est mort le lendemain d'une crise cardiaque.

Sa carrière est glorieuse mais sa vie est contrastée. Ce grand voyageur ne s'intéresse manifestement pas à la culture anglaise. Il choisit ses thèmes dans la mythologie pour éviter et peut-être même repousser la religion. Il ne communique jamais sur sa vie personnelle et ne se marie pas mais il sait communiquer l'enthousiasme par son enseignement.

Pendant trente ans à partir de 1864, Leighton construit une maison fantastique pour abriter ses collections qui seront dispersées par Christie's en 1896 en neuf jours consécutifs de ventes. Sa collection de céramiques d'Iznik était exceptionnelle.

Leighton considère que l'art doit apporter une profondeur de pensée plutôt qu'une émotion ou une virtuosité. Ses couleurs sont lumineuses mais son trait est trop net et le siècle suivant l'oubliera. Il est l'ami des pré-Raphaelites qui viennent dans son salon pour discuter et pour boire le brandy.

Leighton admire Cimabue, Giorgione et Titien. En 1864, il cherche l'Age d'or dans le passé Italien, auquel il associe les arts. Pour la démarquer du pré-Raphaelisme, sa tendance est appelée Esthétisme. The Painter's Honeymoon montre un jeune couple en habits Vénitiens. La jeune femme se penche pour mieux suivre le mouvement de la main de l'artiste.

Le même couple revient dans Golden Hours. La femme est vue de dos. Accoudée au piano, elle observe l'homme qui joue. Comme dans le Honeymoon, la main a le rôle essentiel de créer ou transmettre l'art qui lui-même transcende le temps. Golden Hours, huile sur toile 80 x 125 cm, est estimée £ 3M à vendre par Christie's à Londres le 30 juin, lot 4.