30 juil. 2016

Les Roadsters de Jean Bugatti

Réputé comme traditionaliste, Ettore Bugatti a parfaitement raison de faire confiance à son fils Jean. Les talents du jeune homme à la fois comme concepteur et comme ingénieur ont certainement sauvé la marque tout au long de la crise économique des années 1930.

La situation est difficile. En compétition, la glorieuse Type 35 n'est plus compétitive et ses successeurs Types 51, 53 et 54 n'atteignent pas les performances des Alfa Romeo. Trop chère, la limousine Type 41 La Royale n'a trouvé que trois clients et son objectif de production de 25 exemplaires ne sera jamais atteint.

Le succès commercial revient avec un luxueux coupé conçu en 1929 par Ettore et Jean, le Type 46 surnommé La Petite Royale. Jean a 20 ans.

La marque Bugatti introduit en 1931 le Type 55 pour le sport avec trois options de carrosserie d'usine : coupé, cabriolet et roadster. Conçu par Jean, ce roadster introduit une nouvelle élégance dans la gamme Bugatti. L'année suivante, Jean s'inspire de cette expérience avant-gardiste pour équiper en roadster La Royale achetée par Armand Esders.

De 1931 à 1936, 14 châssis du Type 55 sont équipés avec le roadster de Jean Bugatti. L'une de ces voitures, fabriquée en 1932, est estimée $ 10M à vendre par Gooding le 21 août à Pebble Beach, lot 135. Elle est illustrée au côté d'autres voitures de son temps dans le communiqué de presse.

Malgré la différenciation entre les modèles de sport et de compétition, la voiture à vendre a participé aux Mille Miglia en 1932. Conduite par Achille Varzi qui était alors un pilote officiel de Bugatti, elle a dû abandonner après le percement du réservoir d'essence par un caillou.

Cette voiture a conservé un très bon niveau d'authenticité. Elle a été complètement démontée pour être restaurée. Le moteur et la boîte de vitesse d'origine, remplacés par des répliques lors du ré-assemblage, sont inclus dans le lot à vendre.