19 févr. 2018

Le Mystère de la Chambre Rose

En 1926 à Bruxelles la Galerie Le Centaure invite René Magritte à préparer des peintures pour sa première exposition solo qui se tiendra en avril et mai de l'année suivante. Le jeune artiste construit son univers personnel surréaliste où les personnages principaux sont des bilboquets.

Dans cet ensemble d'une grande variété, Magritte questionne la nature de l'être humain souvent limité à plusieurs organes coupés. Il simplifie son dessin pour que les objets soient immédiatement reconnaissables, rendant leurs interactions encore plus bizarres. Il transpose dans un environnement ordinaire les mises en scènes irrationnelles et antiquisantes de De Chirico.

Le 27 février à Londres, Christie's vend Le Groupe silencieux, huile sur toile 120 x 80 cm peinte en 1926 et exposée en 1927, lot 107 estimé £ 6,5M.

Les murs de la pièce sont roses, couleur du nu féminin qui préoccupe aussi Magritte à cette époque. Le seul personnage humanoïde presque entier est une épaisse planche détourée. Trois yeux sont pliés sur les bords d'un cube couleur chair en une iconographie qui anticipe les montres molles de Dali.

L'art n'est pas épargné dans cet ensemble grotesque avec l'image d'un château qui se dissout dans le rideau et une grande peinture d'arbres posée négligemment en biais contre le mur de gauche.

Les visiteurs ne sont pas intéressés par sa vision volontairement illogique du monde. En août 1927 Magritte rejoint le groupe surréaliste à Paris où l'accueil n'est pas plus favorable. Revenu à Bruxelles en 1930 il exploite pendant quatre décennies son idée d'origine sur les relations incongrues entre des objets disparates.