17 mars 2018

Sagesse Impériale

La calligraphie des Sutras du Bouddhisme mahayana est un acte de piété utile à l'éducation et à l'illumination. Quand le patron ou l'utilisateur est un empereur, le manuscrit atteint un luxe inégalable dans sa catégorie.

Une encre d'or sur papier bleu foncé est somptueuse. Une Sutra du Lotus manuscrite en 1345 CE pour l'éducation d'un enfant empereur de Corée a été vendue pour HK$ 31,6M incluant premium par Sotheby's le 30 mai 2016. Le lot était constitué de sept gros albums.

Le bouddhisme est essentiel pour la consolidation de la dynastie Ming. Après la mort de l'empereur guerrier Yongle, ses conseillers Bouddhistes organisent une période de paix. Le très court règne de l'empereur Hongxi initialise les réformes nécessaires. Son fils l'empereur Xuande peut satisfaire ses talents artistiques et accorder au Bouddhisme une préférence dénuée de sous-entendus politiques.

Pendant la cinquième année de son règne, 1430 CE, Xuande commande à un vieux sage nommé Huijin la calligraphie de quatre grandes Sutras. Le papier est couvert d'une encre indigo mêlée de cervelle de bouc. Cette épaisse couche brillante et robuste permet à l'or de rester à la surface sans diffuser dans les fibres du papier. Ce constituant biologique est un émulsifiant similaire au blanc d'oeuf dans la peinture à la tempera.

Les quatre Sutras sont réalisées. Deux sont conservées au National Palace Museum à Taipei. La troisième a été perdue probablement dans un incendie après avoir été donnée à un monastère fondé avec le parrainage de Xuande.

Deux boîtes contenant chacune cinq albums consécutifs de la Sutra de la Sagesse transcendante ou prajnaparamita ont survécu. En plus de la calligraphie l'oeuvre inclut des illustrations au trait d'or d'inspirations Bouddhiste, impériale et ésotérique incluant des Bouddhas, dragons et démons. Cet ensemble sera vendu par Sotheby's à Hong Kong le 3 avril, lot 101. Le reste de cette très longue Sutra est perdu.