28 mai 2018

La Transfiguration de Robert Schumann

La légende de Faust est le sujet de deux pièces de théâtre par Goethe, en 1809 et 1832. La première partie est consacrée au pacte avec le Diable et la seconde partie à la lutte entre le Bien et le Mal pour la possession de l'âme de l'alchimiste.

Le centenaire de la naissance du poète aura lieu en 1849. La seconde partie de Faust est le chant du cygne de Goethe, comme un lien posthume entre romantisme et mysticisme. Robert Schumann sait qu'il a les compétences pour mettre en musique cette transfiguration. Peu habile en composition d'opéras, il commence un oratorio en juillet 1844.

A l'automne de la même année Schumann est victime d'une grave dépression avec des hallucinations auditives qui réapparaîtront dans les dernières années de sa courte vie. Il retravaille ses Szenen aus Goethes Faust en 1847 et 1848.

La scène finale de Faust a ainsi été jouée dans les célébrations de centenaire mais le compositeur n'est pas satisfait. Pour que son oratorio soit mieux compris il ajoute progressivement jusqu'en 1853 des scènes de la première partie et modifie l'ouverture en août. L'oratorio est terminé mais Schumann tombe aussitôt après dans sa folie finale.

De 1844 à 1853 Schumann a travaillé sur un unique brouillon progressivement augmenté dans divers formats de papiers. Cet autographe musical contient l'oratorio complet avec de très nombreuses corrections et deux versions différentes de l'ouverture et du chorus mysticus.

Ce document de 122 pages montre l'ultime aboutissement du processus créatif de Robert Schumann, un des plus authentiques compositeurs de la passion romantique. Il a été vendu pour £ 710K incluant premium par Sotheby's le 30 novembre 2011, lot 173. Je l'avais discuté dans cette chronique avant la vente.

Il est estimé € 500K à vendre le 20 juin à Paris Hôtel Drouot par OVA Aristophil délégué à Ader-Nordmann, lot 1231.