29 mai 2018

L'Evangile selon Stanley Spencer

Peintre d'allégories chrétiennes, Stanley Spencer fait une belle carrière. Il est anobli en 1958. A Cookham, son village natal le long de la Tamise, il est une figure excentrique, portant un pyjama sous son costume pour avoir chaud et poussant la voiture d'enfant qui contient son matériel de peinture.

La gloire étant venue, Spencer redémarre autour de 1950 son très ancien projet de Church House qui réunira tout ce qu'il aime ou a perdu, ou plutôt la synthèse de ses innombrables obsessions mystiques, sociales et sexuelles.

Dans la suite de William Blake il conçoit la Résurrection comme une réalité future. L'Eden inaccessible aux pauvres mortels est symbolisé par les régates de Cookham et la frustration de son enfance quand il n'avait pas assez d''argent pour accéder aux barques.

Sa vie maritale est désordonnée. Il épouse Hilda en 1925 après trois ans d'hésitation puis divorce pour épouser Patricia, une lesbienne qui avait provoqué involontairement la noyade d'un poète. Patricia refuse à la fois les relations hétérosexuelles et le divorce et Spencer peint et dessine d'elle des portraits obscènes qui offusquent la Royal Academy.

Il était resté amoureux de Hilda, la mère de ses deux filles. Quand elle meurt en 1950, Spencer commence à lui écrire pour l'informer de l'avancement de la Church House.

Le principal thème du projet est Christ preaching at Cookham regatta, pour lequel l'artiste peint six toiles préparatoires montrant surtout la foule attendant la Résurrection dans les barques. Dans cette série Conversation between punts, 107 x 92 cm peinte en 1955, a été vendue pour £ 6M incluant premium par Christie's le 20 novembre 2013.

Dans un thème proche The bathing pool - dogs, 92 x 61 cm peint en 1957 a été vendue pour £ 4,2M incluant premium par Sotheby's le 15 juin 2011. Cette oeuvre joint les thèmes des loisirs sociaux de l'eau et de l'apparition fantomatique de l'artiste en jeune homme.

Le 12 juin à Londres, Sotheby's vend la dernière des six toiles préparatoires du Christ preaching, sous-titrée Punts by the river, 100 x 153 cm peinte en 1958, lot 12 estimé £ 3M.

Quatre jeunes femmes en légères robes d'été discutent gentiment sur la barque. Leurs bras et jambes entremêlés créent une accumulation de chair désirable. A l'arrière plan un ange nu dans une impossible position flottant dans l'air accoste leur barque. Il est un autre autoportrait des fantasmes de rajeunissement de l'artiste.

L'aboutissement de toute cette préparation est une peinture de 5,20 m de large où le Christ va enfin apparaître. Cette oeuvre monumentale est interrompue pour toujours par la mort de l'artiste en 1959.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Sotheby's.