9 juin 2018

L'Art de la Pointe Sèche

Les plus grands peintres comme Dürer, Rembrandt, Goya et Munch ont aussi voulu créer des images. En 1653 Rembrandt veut agrandir le format de ses gravures.

Ses solutions sont innovantes. La pointe sèche était utilisée jusque-là en complément de l'eau forte et du burin pour de petites retouches du dessin. Appliquée en oblique comme un crayon, l'aiguille améliore la variété du trait. Rembrandt tente des compositions entièrement en pointe sèche. L'incision de la pointe dans le cuivre est de faible profondeur, permettant une harmonie entre le dessin et les encrages laissés volontairement sur la plaque pour apporter des contrastes et des ombres.

Une belle image mérite un très beau papier. Rembrandt a été séduit par un stock de papier récemment importé à Amsterdam par la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales, avec une belle teinte claire entre brun et jaune et une fibre qui n'absorbe pas l'encre et permet une netteté comparable au vélin.

Son premier chef d'oeuvre dans ces techniques améliorées est Les Trois Croix (Christ crucifié entre les larrons), 38 x 45 cm, réalisé en 1653. Il commence peu après à travailler sur une autre scène de la Passion, l'Ecce Homo (Christ présenté au peuple). Le papier oriental est moins haut que son cuivre et il adjoint une petite bande supplémentaire en haut de l'image.

Une impression du premier état de l'Ecce Homo est à vendre par Christie's à Londres le 5 juillet, lot 22. Le communiqué de presse du 30 avril annonce une estimation autour de US$ 3 à 5 millions. C'est le seul exemplaire restant en mains privées d'un des quatre premiers états de cette image.

Les plaques de cuivre s'usent, empêchant les gros tirages. L'artiste brouille volontairement plusieurs zones abimées de l'Ecce Homo à partir du cinquième état. Le huitième et dernier état est daté 1655. Pour le quatrième et avant-dernier état des Trois Croix vers 1661, il travaille différemment, remplaçant les jolis contrastes de fumée par des stries diagonales.

Cette solution ne pouvait pas satisfaire l'artiste à cause du travail considérable de préparation des nuances de l'encrage et de la réparation forcément incomplète et frustrante des plaques usées. Il ne réutilisera pas cette technique, renonçant à réaliser une série en pointe sèche sur la Passion du Christ.