27 juin 2018

L'Echappement de la Marine

L'échappement à ancre sans pendule est conçu par l'horloger anglais Thomas Mudge à partir de 1754. Ses montres-chronomètres de poche de haute précision pourront intéresser la Marine à cette époque où des améliorations sont encore bienvenues pour la mesure des longitudes.

Cette miniaturisation prometteuse est extrêmement difficile à réaliser. Mudge présente son premier exemplaire fonctionnel au roi en 1770. En 1781 Josiah Emery, un Suisse installé à Londres, commence une production de série pour de riches clients. Il meurt en 1797. Sa production totale de montres à échappement est estimée à 38 unités.

Le vice-amiral Nelson était soucieux de la maîtrise du temps. Le matin de la bataille de Trafalgar, 21 octobre 1805, il sort de sa poche sa montre-chronomètre Emery et rassemble ses officiers pour vérifier que leurs montres sont réglées sur sa propre référence de temps.

Il est tué dans la bataille. Son corps est immergé dans un tonneau d'eau-de-vie pour assurer le rapatriement et ses objets personnels sont soigneusement mis de côté.

La montre Emery entrera par héritage en 1835 en possession de la nièce du héros. Elle comprend l'importance historique de l'objet qu'elle fait insérer dans une armature d'horloge de carrosse avec l'inscription 'The Chronometer of Horatio Viscount Nelson. Worn by him at The Battle of Trafalgar, placed in this case by his niece Charlotte Mary, Lady Bridport, to be preserved for any one of her descendents who may enter the Navy'.

Considérant son numéro de série 1104, cette montre a été fabriquée par Emery vers 1787. Nelson n'avait pas cette montre à la bataille du Nil en 1798 et elle était trop chère pour ses moyens. L'hypothèse d'une récompense accordée pour ses victoires est plausible. Elle est estimée £ 250K à vendre par Sotheby's à Londres le 4 juillet, lot 72.