26 juin 2018

Spectroscopie Röntgen

La liste des travaux récompensés par les Prix Nobel scientifiques donne une excellente vision historique des plus prometteuses ouvertures apportées par les découvertes. Ainsi le Prix Nobel de Physique met en lumière par deux fois les rayons cathodiques, en 1901 et 1905, suivis de la spectroscopie X en 1914 et 1917 et de la cristallographie X en 1915.

Mort au champ d'honneur en 1915 à l'âge de 27 ans, Henry Moseley n'a pas eu le Prix Nobel. Il l'aurait mérité par l'importance et la variété de ses contributions incluant la loi empirique reliant le spectre X d'un élément à son numéro atomique.

A partir de 1914 Manne Siegbahn étudie la spectroscopie X auprès de Rydberg à l'université de Lund. Brillant ingénieur, il améliore considérablement la résolution des mesures, aboutissant à une classification et à une cartographie des spectres de Moseley. Devenu en 1922 professeur à l'université d'Uppsala, il publie ses résultats en 1923 sous le titre Spektroskopie der Röntgenstrahlen.

En 1924 le comité Nobel ne parvient pas à désigner un lauréat en physique. En 1925 ce prix est attribué rétroactivement à Siegbahn.

Kai Siegbahn continue l'oeuvre de son père. Utilisant l'émission photoélectrique, il obtient des mesures de très grande précision des niveaux d'énergie dans les atomes. Il partage le Prix Nobel de Physique en 1981 avec deux spécialistes de la spectroscopie laser.

Les médailles et les diplômes Nobel de Manne et Kai Siegbahn seront vendus ensemble par Sotheby's à Londres le 9 juillet, lot 400 estimé £ 150K.