15 juil. 2018

Entre Louisiane et Nova Scotia

La Guerre de Succession d'Autriche, terminée en 1748, remet face à face les Britanniques et les Français, chacun avec ses alliés. Un nouveau conflit sera inévitable.

L'Amérique du Nord est partagée entre trois puissances coloniales, l'Angleterre, la France et l'Espagne. Le centre du pays, entre les Grands Lacs au Nord et les Carolines au Sud, entre l'Acadie à l'Est et le territoire des Sioux à l'Ouest, est faiblement peuplé et les frontières ne sont pas réellement définies.

Depuis 1682 les Français contrôlent sous le nom de Louisiane une bande continue qui s'étend de Québec jusqu'à l'embouchure du Mississippi. Depuis 1718 la référence est la carte de Delisle, très précise géographiquement mais anticipant politiquement une extension française. Cette situation ne peut pas convenir à Lord Halifax, en charge des affaires coloniales depuis 1748 avec le titre de President of the Board of Trade.

John Mitchell est un botaniste et médecin colonial, revenu de Virginie à Londres en 1746 pour raisons de santé. Il partage les opinions de Halifax sur la menace française en Amérique du Nord. Halifax lui demande de créer une carte détaillée pour laquelle il lui ouvre toutes les archives disponibles à Londres.

En 1754 la seconde carte manuscrite réalisée par Mitchell répond à la précision demandée par le gouvernement. La guerre avec les français est déjà plus facile que prévu. Halifax ne demande pas un usage exclusivement militaire et un copyright est accordé en 1755. Cette grande carte à usage mural 136 x 195 cm est un encouragement au patriotisme. Des erreurs dans la Nova Scotia, région stratégique spécialement importante pour Lord Halifax, sont rectifiées par Mitchell deux ans plus tard.

La carte de Mitchell peut être aquarellée à la main pour identifier les zones d'influence, objectivement ou pas. Elle servira de référence géographique en 1783 lors des accords de Paris pour établir la frontière entre l'Empire Britannique et les Etats-Unis d'Amérique.

Le 28 juillet à New York, Arader Galleries vend un exemplaire entièrement coloré de la troisième édition, imprimée à Londres vers 1774. L'état est annoncé comme excellent, signifiant que cet exemplaire n'a pas eu d'accrochage mural de longue durée. Cette carte est estimée $ 180K, lot 59 ici lié sur les plates-formes d'enchères LiveAuctioneers et Invaluable.

You are looking at one of the most important maps in American history. 🇺🇸 Lot 59: MITCHELL, John (1711-1768). A Map of the British and French Dominions in North America. LINK IN BIO. • Considered by many to be the most important map in American history, Mitchell’s map was the one upon which the boundaries of the new United States first appeared. The treaty of 1783 was based on Mitchell’s map, as was the border between the United States and Canada🇨🇦 . . . #cartography #cartographic #mitchellmap #mitchellmaps #historicalmaps #history #oldmaps #oldmap #johnmitchell #usa #unitedstates #canada #rare #rareart #art #auction #artgallery #gallery #mitchellmaps #raremap #raremaps #map #maps #mapcollector #mapcollection #worldmaps #artgalleryny #mitchellmap #artcollector #artcollection #artgallerynyc #artauction
Une publication partagée par Arader Galleries (@aradergalleriesnyc) le

La Revanche de l'Argent

L'Acte du Congrès de 1873 met fin au dollar d'argent et rend périmé le bimétallisme. Auparavant le taux de change entre l'or et l'argent était fixé immuablement par la loi. L'abondance et la popularité de l'or après le Rush de Californie rendait cet équilibre impossible à gérer.

Pour répondre à l'inquiétude et à la réprobation des producteurs et spéculateurs d'argent, un nouvel Acte exige en 1878 que le Trésor achète entre $ 2 millions et 4 millions de bouillon d'argent par mois. Ces achats sont payés par une nouvelle monnaie de papier, le Silver Certificate of Deposit, aussitôt émis en six dénominations de $ 10 à $ 1000 et connu sous le sobriquet descriptif de Black back.

Une nouvelle série est émise en 1880 avec des modifications mineures incluant la couleur du sceau. Au début de la même année la contre-signature par le receveur du dépôt est abandonnée.

Les exemplaires survivants des plus hautes dénominations sont de très grande rareté. Joel R. Anderson a réussi l'exploit de réunir une collection complète des six dénominations de la série de 1880. Ces certificats seront vendus en lots séparés par Stack's Bowers à Philadelphie le 16 août.

La nomenclature Friedberg tient compte des combinaisons des signatures imprimées du Register of the Treasury et du Treasurer of the United States. Le recensement de Friedberg indique pour le certificat $ 500 un contresigné de 1878 et sept de la série 1880 répartis entre les signatures Bruce-Gilfilan en vigueur de 1881 à 1883 et Bruce-Wyman de 1883 à 1885.

Le certificat de $ 500 de la prochaine vente est estimé $ 700K, lot 2039. Ce Bruce-Gilfilan (Friedberg 345c) est gradé Very Fine 20 par PCGS. Il avait été vendu pour $ 480K incluant premium par Lyn Knight en octobre 2005. Il est un des trois restant en mains privées : deux 345c et un 345d Bruce-Wyman.

Friedberg indique pour le certificat $ 1000 cinq exemplaires de la série 1880, tous dans la configuration Bruce-Wyman. Le certificat de $ 1000 de la prochaine vente est estimé $ 800K, lot 2041. Ce Bruce-Wyman (Friedberg 346d) est gradé Very Fine 25 par PCGS. Il avait été vendu pour $ 670K incluant premium par Lyn Knight en octobre 2005. Il est un des deux restant en mains privées. Aucun $ 1000 de la série 1878 n'a survécu.

8 juil. 2018

Numéro 99

Agé de 16 ans en 1977, Wayne Gretzky joue avec les Sault Ste. Marie Greyhounds de l'Ontario Hockey League. Il admire Gordie Howe et veut porter comme lui le numéro 9. Ce n'est pas possible : le 9 est déjà attribué à un autre joueur. Gretzky choisit le 99.

Gretzky porte le 99 pendant toute sa fabuleuse carrière. Le chiffre devient le symbole de sa réussite. Quand il prend sa retraite de joueur en 1999, le 99 est retiré dans tous les clubs de la National Hockey League. Son admission la même année dans le Hockey Hall of Fame est un autre honneur sans précédent. Il détenait à cette date 61 records de la NHL. Aucun n'a été dépassé depuis.

En janvier 1979 Gretzky atteint ses 18 ans. Il signe un contrat pour 10 ans avec les Edmonton Oilers de la World Hockey Association. Quelques mois plus tard la WHA est dissoute et les Oilers sont intégrés dans la NHL. La saison 1979-1980 est ainsi le rookie year de Gretzky en NHL. Une trading card éditée au Canada a été vendue pour $ 465K incluant premium par Goldin le 4 août 2016.

Un maillot des Oilers signé avec un marqueur noir par Gretzky dans le numéro 99 est listé au lot 58 dans la prochaine vente de Goldin Auctions. Les enchères ouvertes en ligne le 9 juillet s'achèvent en vente live dans le New Jersey le 2 août.

Ce maillot est orné aux épaules avec le logo Edmonton 1904-1979 mémorisant le 75ème anniversaire de la City d'Edmonton, qui n'a été utilisé que cette année-là. Le maillot a été comparé avec un autre exemplaire exposé au Gretzky's Restaurant à Toronto. Les caractéristiques sont similaires à l'exception de la plaque de nom qui est ultérieure sur le maillot qui vient en vente.

Le photo-matching des maillots de hockey n'est pas une tâche facile. Les maillots ne peuvent souvent être distingués les uns des autres que par d'infimes traces d'usure. Une photo publiée en décembre 1980 est considérée comme probante par le groupe d'experts MeiGray. Le maillot n'avait pas l'identification du joueur, indiquant que la photo a été prise en 1979 pendant la préparation de la saison.

7 juil. 2018

La Batte Striée de Cap Anson

Cap Anson commence sa carrière à l'âge de 19 ans en 1871, l'année de la création de la toute première ligue professionnelle de base ball (baseball). A cette époque les règles du jeu sont parfaitement définies mais la façon de les appliquer l'est beaucoup moins. Dans la décennie suivante le super champion King Kelly est aussi un comédien qui sait détourner au bon moment l'attention de ses adversaires. Cap Anson augmente ses revenus en pariant sur sa propre équipe et en jouant du vaudeville.

Cap Anson joue son dernier match en 1897. Il donne en souvenir à une de ses filles sa dernière batte et son uniforme.

L'uniforme a été très endommagé et a disparu. La batte est restée dans sa descendance jusqu'en 2005. Elle a été vendue pour $ 287K incluant premium par Heritage le 5 août 2010 et pour $ 430K incluant premium par Christie's le 19 octobre 2016. Elle est maintenant listée au lot 3 par Goldin Auctions. Les enchères ouvrent le 9 juillet et seront closes par une vente live dans le New Jersey le 2 août.

Cette batte est d'une extrême rareté par sa corrélation avec un des meilleurs joueurs du XIXème siècle, son état d'usage évident et son exceptionnelle provenance familiale. Elle a été gradée GU 10 par PSA/DNA.

Elle est aussi un très ancien exemple de Louisville Slugger par J.F. Hillerich and Son. Le nom avait été déposé seulement trois ans auparavant, après quelques années d'expérience de Hillerich fils dans cette nouvelle spécialité. Avant cette initiative industrielle qui allait considérablement faciliter la normalisation, la fabrication des battes était laissée à l'initiative des joueurs.

La marque inscrite dans le bois et sa position sont spécifiques de l'année 1897, corrélant parfaitement la tradition familiale selon laquelle elle était la dernière batte professionnelle du champion.

Cette batte longue de 36 inches a été incisée par Anson sur une longueur de 13,5 inches avec environ 145 entailles parallèles destinées à améliorer la prise en mains. Ce raffinement n'a cependant pas sauvé la fin de carrière d'Anson, chassé de sa propre équipe pour son incompétence après une trop longue carrière.