16 sept. 2018

Exploits Techniques à Jingdezhen

En 1728 CE, Tang Ying est nommé par l'empereur Yongzheng surintendant des porcelaines impériales produites à Jingdezhen. Il passe plusieurs années à observer les meilleures pratiques des potiers. L'une des premières grandes réussites de son mandat est le développement du yangcai, offrant un substitut moins cher au falangcai de la Cité Impériale qui reste le haut de gamme.

Ces premières années sont expérimentales, avec des pièces de toutes formes. Qianlong qui succède à Yongzheng en 1735 CE est tout aussi exigeant que son père. Pour lui plaire, il faut lui apporter en permanence des nouveautés qui répondent à son rôle ambitieux de Fils du Ciel, accumulant les styles de toutes les dynasties et intégrant les nouvelles modes Européennes.

Au début des années 1740 le savoir-faire piloté par Tang Ying à Jingdezhen n'a plus de limites. Les pièces les plus compliquées sont des synthèses technologiques qui requièrent une importante succession de mise à feu aux dépens d'un faible rendement.

Dans un memorandum soumis à Qianlong en 1743 CE, Tang Ying s'excuse de la faible quantité de pièces produites dans le nouveau style de double vase, neuf exactement. La pièce intérieure est enfermée dans le vase extérieur avec une distance d'environ 3 à 4 cm entre leurs parois. Le vase extérieur est percé par de larges trous de formes élégantes qui permettent l'inspection de la partie intérieure. L'extérieur est décoré avec le même foisonnement que les pièces impériales plus classiques.

Qianlong ne demande pas l'impossible. Il autorise de compléter en paires les motifs qui avaient été produits en pièces uniques avant de suspendre cette technique sine die.

Un vase réticulé aux paires de poissons a fait surface dans le Middlesex en 2010. Haut de 40 cm, il mêle les inspirations archaïques, Song, bouddhistes et rocaille, juxtaposant le classique céladon et le moderne yangcai à fond jaune avec sgraffiato. La pièce intérieure est un bleu et blanc d'inspiration Ming. Après 30 minutes d'enchères, le marteau de Bainbridges est tombé à £ 43M, £ 51,6M incluant le premium mais le paiement a échoué et la vente a été annulée.

En 2010 personne n'avait retrouvé le catalogue de l'exposition à New York en 1905 d'une collection Japonaise où la pièce formant paire avait été photographiée et décrite. Ce vase vient de faire surface à son tour et est estimé HK$ 50M à vendre par Sotheby's à Hong Kong le 3 octobre, lot 3001. Il diffère du specimen du Middlesex par une variante plus rare de la marque du règne, et est ainsi peut-être le premier élément produit pour cette paire.