17 sept. 2018

George en Mouvement

George Dyer a commis son acte irréparable en octobre 1971. Bien que le chagrin de Francis Bacon soit profond et sincère, il n'est pas dénué d'égoïsme. Francis a des remords pour ses propres erreurs de comportement envers le jeune homme. Surtout, cet évènement tragique remonte à la surface avec une puissance sans précédent ses interrogations sur la signification de la vie.

Le corps et l'âme du défunt sont perdus à jamais mais la mémoire subsiste, menacée par l'oubli. Le triptyque conservé à la Tate Gallery montre l'homme amputé de divers organes avant son écroulement sur le panneau central.

Le 4 octobre à Londres, Christie's vend Figure in Movement, huile sur toile 198 x 148 cm peinte en 1972, lot 7 estimé £ 15M.

George est vu de dos, nu, sans amputation, debout en contorsion sur la pointe d'un pied. Le titre est ambigu : par nature un mort ne bouge pas. Une joue est serrée contre un journal illustré par Letraset qu'il ne regarde pas, comme s'il tentait désespérément de se maintenir dans un présent qui ne le concerne plus.

La composition d'ensemble paraît simple mais elle est est en fait peuplée de symboles, plus faciles à décrire qu'à interpréter.

La pièce vide peut être l'atelier d'un photographe : le personnage est inscrit dans une cage filiforme, comme pour une mise en scène d'un instant éphémère ou la prévision du cadrage pour un agrandissement. Cette idée avait déjà été utilisée par l'artiste, par exemple dans les trois images du portrait triptyque de Lucian Freud en 1969.

Le présent est en fait impossible à capter. Sur le sol à côté de la cage, une page du même journal est déchiquetée.

Le corps est éclairé par en haut, projetant au sol une ombre noire. Dans d'autres oeuvres comme le Study for portrait peint en 1977, l'ombre prend la silhouette reconnaissable de Francis Bacon lui-même. L'artiste est ainsi associé au défunt sous une forme dématérialisée.

La peinture est réalisée dans un impasto épais, presque une sculpture. En pétrissant les pigments, Bacon offre sa seule méthode pour créer quelque chose qui s'apparente à la vie : son art.