1 oct. 2018

Céramique Frittée à Iznik

Le Sultan Mehmed II a mis fin en 1453 CE à l'empire Byzantin. Il veut promouvoir la culture Ottomane et fait créer un centre de production de potteries à Iznik, précédemment Nicée. La première phase prend le nom de Baba Nakkas, surnom honorifique de son premier chef potier signifiant 'le vieux designer'. Non documentée, elle est traditionnellement datée autour de 1480.

Le nouvel art est inspiré du bleu et blanc Chinois, surtout connu des Ottomans au travers des potteries Timourides Perses produites à Kashan. La pâte frittée avec une forte teneur en roches siliceuses ne permet pas d'obtenir la dureté d'une porcelaine. Les décorations des premières céramiques d'Iznik juxtaposent les motifs végétaux dans le goût Chinois et les arabesques de l'argenterie Ottomane. Ce style mêlé est nommé rumi-hatayi.

Le bleu est obtenu avec du cobalt mais la concentration du pigment sous glaçure est mal maîtrisée, générant une couleur trop intense comparable aux débuts du bleu et blanc Chinois. Il faudra attendre environ deux décennies pour que des bleus brillants soient réalisés à Iznik. Jusque vers 1520 le bleu de cobalt reste la seule couleur disponible.

Le 24 octobre à Londres, Sotheby's vend un plat d'époque Baba Nakkas avec un large bord retourné, lot 134 estimé £ 300K. Il mesure 45 cm de diamètre et 8 cm de profondeur.

Cette pièce a une provenance documentée sur plus d'un demi-siècle mais n'avait jamais été publiée. Elle rejoint une population extrêmement limitée de quatre plats de technique et de dimensions similaires, tous conservés dans des musées. La céramique rumi-hatayi Baba Nakkas est également connue sous d'autres formes : jarres, bougeoirs, flacons.

Un bol rumi-hatayi réalisé pendant la phase suivante vers 1510 a été vendu pour £ 1,43M incluant premium par Christie's le 10 avril 2014 sur une estimation basse de £ 300K.