23 oct. 2018

Le Grand Voyage de Hartley du Maine

Marsden Hartley est un peintre des paysages de son Maine natal, dans un style simplifié qui intéresse Stieglitz. En lui consacrant une exposition solo à la Gallery 291 en 1909, Stieglitz l'identifie significativement comme Mr Marsden Hartley of Maine mais il lui donnera toutes les informations utiles concernant les avant-gardes Européennes.

Hartley part pour Paris en avril 1912. Il rencontre Gertrude et Leo Stein, Picasso, Delaunay, Kupka et les autres. C'est à Paris qu'il tombe amoureux d'un jeune officier Prussien. Il est initié par ses amis allemands à l'art spirituel de Kandinsky et du Blaue Reiter et s'installe de façon durable à Berlin.

Soumis à toutes les influences comme s'il cherchait encore à 36 ans à construire sa maturité, il est ébloui par Berlin qui dégage une ambiance chaleureuse si différente de ses froids paysages Américains et où les jeunes militaires symbolisent une homosexualité vigoureuse.

A Berlin l'art de Hartley devient abstrait, avec des formes géométriques inspirées par les parades militaires. Des énergies explosives interagissent avec une figure dominante qui est un triangle ou une mandorle et peuvent représenter l'artiste lui-même. Les autres éléments peuvent aussi être interprétés de multiples manières à la façon de l'hermétisme croissant de Kandinsky et les chocs de couleurs sont certainement influencés par Franz Marc.

Le 12 novembre à New York, Sotheby's vend au lot 28 un Pre-War Pageant, huile sur toile peinte en 1913, 106 x 86 cm en incluant son cadre d'artiste. Le communiqué de presse du 14 septembre annonce une estimation aux alentours de $ 30M.

Cherchant le bonheur et voulant exprimer son introspection, Hartley n'apparait pas comme pro-allemand mais comme un naïf, probablement ébahi par la réalisation de sa propre homosexualité. Il n'a pas compris à temps que les parades préparaient la guerre et quitte précipitamment l'Allemagne à la fin de 1915.