28 oct. 2018

Le Portrait Interdit

En 1930 Picasso achète Boisgeloup pour y installer un atelier de sculpture où il ne dérangera pas les voisins et un nid d'amour pour sa jeune muse Marie-Thérèse, à l'abri des regards indiscrets. Leur liaison est secrète et Pablo ne prend pas le risque qu'Olga identifie la jeune fille par ses portraits peints. Avec la sculpture cubiste basée sur les proportions des volumes, le réalisme est moins grand.

Dans l'attente de pouvoir stabiliser sa situation, on imagine bien la fébrilité de l'artiste. La Lampe, huile sur toile 162 x 130 cm, est datée 21 janvier 1931 et 8 juin 1931. Elle est estimée $ 25M à vendre par Christie's à New York le 11 novembre, lot 22 A.

L'objet de l'oeuvre n'est pas la jeune femme mais son buste en plâtre blanc, vu de profil. Les tiges et les feuilles du philodendron créent un réseau de traits comme un vitrail d'église qui rend encore moins facile l'identification du modèle. La lampe à pétrole pendue à un plafond invisible fournit une lumière d'or en forme de croissant de lune qui peut être interprétée comme la queue de cheval du modèle.

Dans les mois qui suivent Picasso s'enhardit. Le 8 mars 1932 Marie-Thérèse s'introduit en dormeuse nue auprès des mêmes artefacts, la statue et la plante. Le profil du visage devient reconnaissable. Cette peinture a été vendue pour $ 106M incluant premium par Christie's le 4 mai 2010.

Le lendemain, 9 mars 1932, Picasso peint la même dormeuse dans le Nu au Fauteuil Noir. Le philodendron, symbole de vitalité, est encore là. Le buste a été enlevé : il n'est plus utile aux côtés du vrai modèle. Cette peinture a été vendue pour $ 45M incluant premium par Christie's le 9 novembre 1999.