22 oct. 2018

New Look avec Eléphants

Le public s'est toujours passionné pour les modes vestimentaires. L'évolution des techniques facilite la diffusion des informations par les magazines. Harper's Bazaar et Vogue sont les leaders de ce secteur de marché dans les années 1930, quand il devient nécessaire de remplacer les dessins par des photographies.

Après la guerre le phénomène s'accentue. Un grand couturier n'aura aucun succès s'il ne séduit pas les rédacteurs des magazines. En 1947 Carmel Snow, rédactrice en chef de Harper's Bazaar, assure la gloire de Christian Dior en exprimant son enthousiasme avec exubérance. C'est elle et personne d'autre qui a déclenché le succès instantané de cette mode qu'elle a appelée le New Look.

Carmel Snow vient deux fois par an à Paris pour rendre visite aux couturiers avant le lancement des collections. En 1955 Richard Avedon sent qu'il a un rôle à jouer. Il obtient la mission de couverture photographique du reportage de Carmel Snow pour la collection d'automne-hiver.

Cette nouvelle tendance crée un nouveau métier, le top model, comme Lisa Fonssagrives qui épousera Irving Penn. Les filles sont superbes mais statiques et les photographes portent toute leur attention au vêtement.

Richard Avedon offre une vision plus dynamique. Pour montrer des robes de soirée par Dior, il conçoit une mise en scène avec Dovima qui est une des top models les plus demandées de cette période. A ce moment Carol Reed tourne un film au Cirque d'Hiver sous la grande verrière qui permet la même luminosité qu'en extérieur. Avedon place Dovima au milieu d'une rangée d'éléphants.

L'édition de septembre 1955 de Harper's Bazaar inclut quinze photos du reportage Parisien d'Avedon. Dovima avec ses éléphants apparaît une fois avec une robe blanche et une fois avec une robe noire, toutes deux par Dior.

La robe noire, plus précisément  un drapé de satin clair dans un fourreau de velours noir, est une conception d'Yves Saint-Laurent dans sa toute première participation pour Dior. L'attitude théâtrale de Dovima tendant un bras vers chaque bête a créé un chef d'oeuvre de la photographie de mode.

En 1962 Avedon prépare deux tirages 124 x 100 cm pour une exposition au Smithsonian, d'autant plus rares dans cette dimension que l'usage d'origine avait été exclusivement pour le magazine. L'un d'eux monté sur isorel est estimé € 600K à vendre par Sotheby's à Paris le 9 novembre, lot 57.

Des éditions et des grands tirages ont été effectués plus tard après retouche du négatif. Un tirage 217 x 167 cm préparé en 1978 pour une exposition rétrospective au Metropolitan Museum of Art a été vendu pour € 840K incluant premium par Christie's le 20 novembre 2010.