17 nov. 2018

Réminiscence des Montagnes

Nés tous deux en 1920, Zao Wou-Ki et Chu Teh-Chun commencent tous deux leurs études d'art à Hangzhou en 1935. Le directeur de l'Ecole, Lin Fengmian, qui avait passé huit ans en France, promeut une synthèse de l'art traditionnel Chinois et de l'art moderne occidental.

Ses deux élèves s'installent à Paris, Zao en 1948 et Chu en 1955. Tous deux découvrent peu après leurs arrivées respectives que l'abstraction est plus prometteuse que l'art figuratif de Lin pour la construction de leur art global. Ce n'est pourtant pas Zao qui influence Chu mais sa visite à une exposition posthume de peintures par Nicolas de Staël.

L'influence de leur formation Chinoise est similaire. Ils maîtrisent les subtils mélanges de lavis des dessins Song et la communion avec les observateurs par le geste calligraphique. Tous deux acquièrent une gamme de couleurs illimitée inspirée par l'expressionnisme abstrait.

Après une période complètement abstraite, Chu est inspiré par les réminiscences des montagnes de sa province natale. Un diptyque de dimension totale 195 x 243 cm peint en 1963 a été vendu pour HK$ 71M incluant premium par Christie's à Hong Kong le 23 novembre 2013. Cette huile sur toile est listée dans la même salle de ventes le 24 novembre, lot 21.

Cette oeuvre est abstraite, mais elle évoque la réflection parfaite d'un paysage de montagnes dans un lac. Les teintes ternes de la roche sont parsemées de taches de couleurs vives qui rappellent les explosions de lumières dans les villages de S.H. Raza, installé en France depuis 1950.

L'art de Chu offre son impression poétique de la nature. Dans cette phase elle se différencie des paysages abstraits en éruption peints par Zao. A partir de 1965 Zao réalisera aussi des vues abstraites imitant les couleurs et les formes des montagnes enneigées.