20 déc. 2018

Ferrari à la Cour de Belgique

Ferrari a su s'appuyer sur ses succès en compétition pour fidéliser une clientèle ultra-riche et ultra-mondaine de monarques et de présidents de qui il considérait tous les caprices. Ses meilleurs clients ont été la famille royale Belge.

Très impopulaire pour son attitude sous l'occupation, Leopold III abdique en 1951. Jusqu'en 1960 il reste à la cour avec sa deuxième femme Lilian, princesse de Réthy. Ils aiment les Ferrari spécialement assemblées pour eux, carrossées par Vignale puis par Pinin Farina.

L'ancien roi préfère les plus puissants cabriolets. Sa 342 America livrée en 1953 et sa 375 Plus livrée en 1955 sont des précurseurs de la 250 GT California Spider. La princesse achète un coupé 250 GT Europa, livré en 1955.

Cette relation est extrêmement utile à Ferrari. Quand Pirelli annonce en pleine saison de course en 1955 qu'il cesse de fournir ses pneus à Ferrari, la princesse trouve la solution en convainquant la société Belge Englebert d'envoyer aussitôt à Maranello le matériel nécessaire.

Elle commande peu après un coupé 250 GT Speciale. Cette voiture carrossée en 1957 est un exemplaire unique pour lequel Pinin Farina réalise un patchwork de ses développements en cours, comme par exemple les phares couverts qui équiperont bientôt la 250 GT TdF.

Dix ans plus tard la princesse acquiert une 330 GTC. Bienfaitrice de la chirurgie cardiaque Américaine, elle donne alors la 250 GT à un chirurgien méritant. Cette 250 Coupé Speciale est estimée $ 11M à vendre par RM Sotheby's à Phoenix le 18 janvier, lot 273.