25 déc. 2018

Les Bouquets de Middelburg

A l'époque du développement des jardins botaniques et des jardins d'agrément, le bouquet de fleurs discrètement animé d'insectes et de lézards devient un thème autonome de la peinture. Il a comme précurseurs Dürer et Hoefnagel et comme pionniers Ambrosius Bosschaert et Jan Brueghel.

La tradition de l'image naturaliste de Dürer avait été maintenue à Nuremberg par Hans Hoffmann. Accompagnant l'engouement pour les cabinets de curiosité, Hoefnagel rassemblait des images de plantes et de petits animaux dans des alignements disparates et didactiques qui évoquent un peu les boîtes d'insectes de nos modernes entomologistes.

La ville insulaire de Middelburg en Zélande entretenait une forte activité culturelle et scientifique, avec un important jardin botanique. En 1593 Bosschaert est identifié comme membre de la guilde locale de Saint Luc. Ses plus anciennes oeuvres datées, en 1605, sont des images plein format dans le style de Hoefnagel.

Bosschaert et Brueghel inventent la peinture de bouquets dans un vase en 1606. Travaillant pour le cardinal Borromeo mais résidant à Anvers, Brueghel peint d'opulentes accumulations mêlant les fleurs de toutes les saisons.

Bosschaert peint des arrangements plus simples sur cuivre en petit format. Dans cette première phase il ne faut pas chercher une signification spécifique derrière chaque fleur. Il faut surtout considérer que la culture des fleurs d'ornement, importées d'Orient et modifiées par d'habiles hybrideurs, est considérée comme un des plus grands luxes dans les Pays-Bas de son époque. Ambitieux et conscient de l'importance de son art, Bosschaert signe par un monogramme AB imitant le AD de Dürer.

Le 30 janvier à New York, Sotheby's vend une huile sur cuivre 24 x 18 cm peinte par Bosschaert en 1607, lot 26 estimé $ 2,5M. Avec d'autres fleurs dans une composition similaire, une huile sur cuivre de la même période a été vendue pour CHF 5,8M incluant premium par Koller le 19 septembre 2008. La technique sur cuivre permet une grande précision naturaliste.