28 déc. 2018

Scènes de Rues par JV

Le 30 janvier à New York, Sotheby's vend deux huiles sur panneau 36 x 28 cm chacune, lot 30 estimé $ 1,5M et lot 31 estimé $ 1M. Elles avaient été listées séparément aux enchères de Christie's en mai 1854, attribuées alors à Van der Meer, douze ans avant la célèbre publication par Thoré-Burger révélant Vermeer de Delft sous ce nom. Elles sont restées ensemble et peuvent former pendant.

Ces deux peintures montrent des rues d'apparence médiévale, pavées en leur milieu, animées de rares personnages statiques ou en conversation, en plein jour. Le thème est rare et mérite l'attention mais la technique est plutôt fruste. Elles sont signées du monogramme JV.

Une scène de rue au crépuscule, huile sur panneau 39 x 29 cm signée VREL, a été vendue pour £ 840K incluant premium par Sotheby's le 4 juillet 2018.

Un corpus d'environ 38 oeuvres est actuellement attribué à Jacobus Vrel. Le prénom figure sur une de ces oeuvres. Le nom Vrel est le plus fréquent, apparaissant sur trois oeuvres. Il existe d'autres variantes : Frel, Frell, Wrel, Vrelle, Vreelle. Certaines sont datées, entre 1654 et 1662.

Une étude anthroponymique n'a apporté aucune information. L'artiste n'a pas révélé son vrai nom. Nous ne sommes pas dans le même cas que pour Sharaku : la technique plutôt fruste pourrait être celle d'un dilettante. Le style intimiste des scènes d'intérieur imite peut-être de Hooch. L'apparition de détails similaires dans diverses scènes de rues laisse supposer que toutes ces vues sont imaginaires.

Les initiales JV ont entretenu une confusion avec Johannes Vermeer. Il est plus gratifiant de posséder un Vermeer que de posséder un Vrel. Thoré-Burger avait trouvé une signature de Vrel sous une signature apocryphe de Vermeer.

Cet artiste a pourtant existé. La dendrochronologie confirme les dates. Il existe un et un seul enregistrement d'époque : trois peintures par Vrel dans l'inventaire de la collection de l'archiduc d'Autriche en 1659.

L'exposition monographique actuellement en préparation par la Pinakothek de Munich, la Fondation Custodia et le Mauritshuis rouvrira certainement le débat sur le périmètre authentique du très mystérieux Jacobus Vrel.