13 févr. 2019

Le Chemin des Vacances

Martial Caillebotte était un marchand de drap qui avait amassé une fortune considérable comme fournisseur des armées de Napoléon III. Ses fils n'avaient pas besoin de travailler pour gagner leur vie.

Gustave Caillebotte aimait l'aviron, la voile, la peinture, le jardin. En 1875 une peinture montrant des ouvriers est refusée par le Salon : le sujet ne peut pas plaire aux bourgeois. En réaction le jeune artiste entreprend de soutenir les Impressionnistes. Il sera même un garant indéfectible d'une certaine authenticité du premier style Impressionniste.

Gustave a du talent. Le dessin net de ses débuts fait place à un vrai coup de pinceau impressionniste. Dans des compositions hardies, il étudie les effets de plongée et de contre-plongée.

Il passe plusieurs étés près de Trouville, le village balnéaire qui offre ses plaisirs nautiques et son animation sociale estivale aux riches Parisiens hébergés dans des grands hôtels et d'opulentes villas.

Chemin montant, huile sur toile 100 x 125 cm peinte en 1881, a été vendue pour $ 6,7M incluant premium par Christie's le 4 novembre 2003. Elle est maintenant à vendre par Christie's à Londres le 27 février, lot 28. L'image est partagée par Wikimedia.

Un homme et une femme sont vus de dos, à la limite entre l'ombre et un éclatant soleil d'été. Ils avancent lentement, au même niveau, sans se préoccuper l'un de l'autre. Ils ne sont pas reconnaissables, probablement pour protéger l'anonymat de la très jeune femme qui va partager dorénavant la vie de l'artiste. Les connaisseurs de l'ancien Trouville ont reconnu sur le côté gauche la Villa Italienne qui était longée par une sente en forte pente.

L'oeuvre est peinte dans la pleine maturité Impressionniste de Caillebotte, sans doute en atelier d'après des esquisses. Le chemin est aplani pour mieux s'ouvrir sur l'horizon boisé. L'équilibre des couleurs est soigneusement construit, avec le jaune du chapeau et le bleu de la robe et du ciel qui font écho au vert de la végétation tout en étant agrémentés des taches rouge-orangé des volets et de l'ombrelle.

G. Caillebotte - Chemin montant