18 févr. 2019

Les Triangles Verts de Carmen Herrera

Carmen Herrera est passionnée par l'architecture, dans la suite des travaux des Constructivistes et du Bauhaus. Ses peintures rejettent l'illusion d'optique et l'émotion.

Le triangle aigu devient la base de ses figures géométriques. Il est monochrome, sur un fond qui peut être noir ou blanc. Tous les triangles sont d'une seule couleur. La pointe d'un triangle vient toucher la pointe ou le côté d'un autre. Ces figures atteignent le bord de l'image sans se modifier, ouvrant l'accès à l'infini comme les compositions de Mondrian.

Commencée en 1959, la série la plus minimaliste de l'art de Carmen Herrera porte le titre générique de Blanco y Verde. L'utilisation de la langue espagnole est une réminiscence de ses origines Cubaines. La composition est structurée par les horizontales et les verticales, qui correspondent à un bord ou à l'axe de chaque triangle vert. Les angles sont invariants.

Les approches minimalistes de Carmen Herrera ont été comparées à l'art d'Ellsworth Kelly ou Frank Stella. Malgré ses efforts pour exposer ses oeuvres, elle est résolument ignorée par la société artistique New Yorkaise jusqu'en 2008. En 2015, année de son centième anniversaire, un film documentaire lui rend sa place légitime dans l'art abstrait Américain.

Un Blanco y verde peint en 1966, acrylique sur toile 102 x 115 cm mettant en scène deux triangles horizontaux, a été vendu pour $ 2,65M incluant premium par Phillips le 15 novembre 2018 sur une estimation basse de $ 1M.

Le 1er mars à New York, Sotheby's vend une peinture 102 x 178 cm de la même série et de la même technique datée 1966-1967, lot 12 estimé $ 1,5M. Le triangle horizontal est complet. Il assure la jonction sur sa gauche avec un triangle ascendant et sur sa droite avec un triangle descendant.