15 févr. 2019

Rêve sur un Tub

Pierre Bonnard est un rêveur. Très peu intéressé par les activités sociales, il exhibe dans son art les petits moments de sa vie intime. Il observe son environnement par des esquisses ou des photographies avant de réaliser ses peintures dans l'isolement de son atelier. Il confronte ensuite son imagination avec le sujet réel.

Son art n'est pas influencé par les tendances. Il n'est pas impressionniste dans sa technique et son univers n'est ni réaliste ni surréaliste. Le thème est dominé par une illusion traduite par des formes inattendues et une très large palette de couleurs dans une dominante pastel.

Marthe est son principal modèle depuis 1893. Elle construit son propre univers au côté du peintre sans dévoiler son vrai nom et son âge. Ils n'ont pas besoin des conventions sociales. En 1925 Pierre craint à juste titre qu'elle devienne jalouse et malade. Pour stabiliser leur relation, il l'épouse.

Vers 1910 Pierre photographie Marthe accroupie nue sur le tub, une éponge à la main. La tête penchée est dans l'ombre. La toilette est un bon prétexte pour la peinture du nu féminin. Il commence vers 1916 sa série de nus au tub.

Le 27 février à Londres, Christie's vend un Nu au tub, huile sur toile 130 x 81 cm peinte en 1924, lot 17 estimé £ 4M.

Considérée comme l'aboutissement ultime de ce thème, cette peinture montre une femme de rêve, debout de face sur le bassin. Par ses très longues jambes, elle est Marthe. Par son corps jeune et sculptural, elle n'est pas Marthe.

Elle est montrée dans un geste fugitif et intime, comme un instantané créé par l'imagination de l'artiste. Les deux mains un peu floues sont levées comme si elle mimait l'utilisation de l'éponge. Intime sans être érotique, elle est une vision de beauté. La tête est restée dans l'ombre.