15 mars 2019

La Bête de Jade

La plaque de jade est utilisé en Chine depuis l'époque néolithique. Elle est perforée pour être utilisée en pendentif, en collier ou en ornement de ceinture. Des figurations zoomorphes reconnaissables apparaissent il y a plus de 5000 ans : poisson, tortue, oiseau.

Sous les Shang et les Zhou, les plaques de plus en plus élégantes en jade poli peuvent prendre la forme de bêtes indomptables : tigre, rhinocéros, dragon. Utilisées comme ornements pectoraux, elles sont un signe de la puissance du porteur et l'accompagnent dans la tombe. Cette pratique perdure sous les Han.

Parmi les pièces zoomorphes, la forme allongée 'tiger plaque' est assez courante. Le détail du détourage est une adaptation de l'artiste à la forme du galet, tout comme les peintres pariétaux utilisaient les aspérités des parois des grottes pour concevoir leur figuration.

Le 3 avril à Hong Kong, Sotheby's vend une plaque en jade jaune ciselée en faible relief sur ses deux côtés, lot 3620 estimé HK$ 25M. Elle mesure 22 cm de long, ce qui est une dimension extrême pour une utilisation pectorale. Elle a été réalisée dans la période finale des Zhou de l'Est chevauchant la période des Royaumes Combattants, il y a environ 2300 ans.

La bête couchée n'est pas identifiable : l'artiste a volontairement créé un hybride aux formes musclées, avec la silhouette massive d'un rhinocéros, la peau à pustules d'un dragon, le large museau d'un ruminant et une longue corne sur le front. Les parties lisses des épaules et des hanches sont illustrées respectivement d'un oiseau et d'un dragon aux élégantes ondulations. Le bord de la plaque porte une inscription en deux caractères qui n'a pas été déchiffrée.