25 mars 2019

Les Fantômes du Fjord

En 1894 à Berlin, Edvard Munch est tenté par l'édition de ses oeuvres. Le plus significatif parmi ces premiers essais reprend le thème des deux personnages solitaires, préparé à la pointe sèche.

L'année suivante il est très prolifique avec entre autres les lithographies originales du Cri, de Madonna et de Vampire. Le public Norvégien ne suit pas. Heureux que Le Cri ait été publié par La Revue Blanche, Munch vient tenter sa chance à Paris où il arrive en février 1896.

Travaillant désormais avec Clot, Munch perfectionne son approche de la lithographie en couleurs. Angst (anxiété) est inspiré d'une huile sur toile du même titre peinte en 1894 sur le thème de la procession funèbre.

Regardant tous dans la direction de l'observateur tout en s'ignorant les uns les autres, ces personnages endeuillés ont de petits yeux hallucinés. Ils tournent le dos au fjord. Le ciel tourmenté qui occupe toute la moitié haute de l'image fait de cette oeuvre un pendant au Cri. L'artiste ne s'y trompera pas : décrivant bien plus tard la phase préparatoire de sa Frise de vie, il met en avant ces deux oeuvres ainsi que Madonna et Vampire.

Après une première version, Vollard choisit Angst parmi les neuf oeuvres à publier dans son ambitieux album de lithographies en couleurs intitulé Les Peintres-graveurs. Ce second et dernier état de Angst est imprimé en 1896 par Clot en 100 exemplaires 41 x 39 cm sur feuilles de vélin 57 x 43 cm. Cette lithographie est bicolore, un noir lugubre pour toute la partie figurative et un angoissant rouge sang pour les lignes sinueuses qui emplissent le ciel.

Les deux plus hauts résultats pour cette image ont été enregistrés par Sotheby's : $ 900K incluant premium le 1er mai 2008 et $ 830K incluant premium le 27 octobre 2016. Un exemplaire à pleines marges est estimé $ 600K à vendre par Christie's à New York le 18 avril, lot 151.