22 avr. 2019

Bonnard à Grasse

Pierre Bonnard est un inlassable découvreur des campagnes de France, d'Europe et d'Afrique du Nord. Dès qu'il le peut, il s'établit avec Marthe dans une nouvelle villégiature pendant quelques semaines ou quelques mois. Initié en 1909 aux délices et aux couleurs du Midi, probablement par Manguin, il séjourne de janvier à mai 1912 dans une villa à Grasse.

Grasse est une des capitales mondiales de la parfumerie. La période choisie pour ces vacances est propice à la sensation d'une renaissance de la végétation Méditerranéenne.

Le 13 mai à New York, Christie's vend La Terrasse, huile sur toile 125 x 134 cm peinte à Grasse, lot 42A estimé $ 5M.

Cette grande image est typiquement post-Impressionniste. Les couleurs douces et variées sont entremêlées et souvent complémentaires, construisant des formes parfois indistinctes. La composition est divisée en deux parties. Le bas est intimiste : la terrasse ensoleillée est fermée par une balustrade interrompue par une haute arche. En haut, le paysage est à moitié caché derrière un épais bosquet de palmiers et d'orangers.

La Terrasse n'est pas une vue réaliste mais l'interprétation d'un moment ou d'une ambiance, qui immerge l'observateur jusqu'à imaginer qu'il a pris la place du peintre.

La vision des détails est mystérieuse. Le personnage au premier plan à droite est soit l'artiste soit Marthe. Deux petits chats déambulent. Le troisième chat sur un tabouret est raide comme une Bastet. Son énigme est résolue quand une observation plus attentive révèle à côté de son tabouret une tête de chien en plâtre.