28 avr. 2019

Etude pour un Cauchemar

Francis Bacon avait l'habitude de détruire ses propres oeuvres dès qu'elles ne lui convenaient plus. Presque tout a disparu. Une huile sur lin simplement intitulée et datée Painting 1946 a survécu parce qu'elle a été achetée très tôt par la galeriste Erica Brausen pour Graham Sutherland.

Painting est une oeuvre surréaliste. L'artiste avait d'abord voulu montrer un chimpanzé parce que les visiteurs aiment se reconnaître dans une peinture comme dans leur propre miroir. Le singe s'est transformé en oiseau de proie puis en une créature immonde encerclée par une barrière comme dans un musée.

Le succès de Painting a entraîné en 1949 le projet de la série des six Heads, également soutenu par Brausen. Avec une intensité croissante de I à VI, Bacon libère deux de ses obsessions majeures, l'instantané de la mort symbolisé par le hurlement de la vieille femme du Cuirassé Potemkine, et la vanité du pouvoir symbolisée par l'Innocent X de Velazquez.

Pendant plusieurs années Bacon peint des études associant ces hallucinations. Un pape impuissant est pris au piège sur son trône comme dans une cage. La ressemblance avec la scène du film d'Eisenstein est renforcée par le pince-nez cassé devant l'oeil tuméfié. Il n'a plus besoin de singe pour offrir au spectateur le miroir de son horreur.

Le 16 mai à New York, Sotheby's vend Study for a Head, huile et sable sur toile 66 x 56 cm peinte en 1952, lot 9 estimé $ 20M. Ce cauchemar est lourdement inspiré par le personnage du Potemkine. L'inspiration pontificale n'est pas évidente dans cet opus spécifique.