30 avr. 2019

Gauguin en Martinique

Paul Gauguin participe en mai 1886 à la 8ème et dernière exposition des Impressionnistes mais ce style ne lui convient plus. Cherchant ses racines culturelles, il fait son premier séjour en Bretagne, qui était encore passablement arriérée à cette époque et où la vie n'est pas chère.

Gauguin a abandonné depuis 1884 son emploi d'agent de change mais l'art ne compense pas. Ses difficultés financières et familiales deviennent critiques. Il croit trouver un eldorado par la campagne de publicités exaltantes et mensongères relatives à la construction du canal de Panama par les Français. Avec Charles Laval, un jeune artiste qu'il avait rencontré à Pont-Aven, il part en avril 1887 pour Panama.

Panama n'offre pas la richesse à ses ouvriers mais plutôt la malaria et la fièvre jaune. Nos deux aventuriers sont rapatriés en juin 1887 par un bateau français qu'ils quittent à la Martinique.

Sous les tropiques, Gauguin trouve l'ambiance de société primordiale qu'il n'avait pas assez ressentie en Bretagne. Du fait des différences raciales, il n'est plus handicapé par son tempérament bagarreur et chicanier. Il peint les couleurs vives du paysage et la vie rurale.

Le 14 mai à New York, Sotheby's vend Chemin sous les palmiers, huile sur toile 89 x 60 cm, lot 18 estimé $ 6M. Le tweet ci-dessous est le détail du haut de l'image.

Après avoir vécu cinq mois dans une hutte en Martinique, Gauguin rapporte en France son enthousiasme enfin retrouvé, accompagné de dysenterie et de fièvre des marais. Il a développé aux Antilles une théorie de peinture d'imagination qu'il tentera en vain d'inculquer à van Gogh.