4 avr. 2019

Jeu de la Vie à Anvers

La fin de la Renaissance offre un bouleversement artistique et cultureL Erasme passionne ses lecteurs avec sa vision satirique des faiblesses de l'humanité. La peinture reste dominée par les thèmes religieux et par les portraits. Dans les deux cas les artistes apportent une attention croissante à l'expression des émotions.

Jan Sanders van Hemessen est reçu en 1524 à la Guilde de Saint-Luc d'Anvers où il rejoint Quentin Massys. Ami d'Erasme, Massys avait introduit le grotesque dans ses scènes religieuses et profanes. Très en avance sur son temps, le Prêteur et sa femme, peint en 1511 par Massys, montre deux personnages captés dans un instant de leur activité professionnelle.

La créativité de van Hemessen est très innovante. Il est le premier à pratiquer ce qu'on a appelé plus tard l'inversion maniériste, consistant à reléguer la scène religieuse à l'arrière-plan pour consacrer le premier plan à une scène de la vie quotidienne avec des habits de son temps.

Souvent l'action religieuse disparaît, remplacée par une accumulation de symboles qui ne sont plus compréhensibles pour l'observateur d'aujourd'hui mais permettent toutes les fantaisies, comme par exemple d'appliquer à un ange les ailes très colorées d'un papillon. Par son utilisation fréquente d'une narration instantanée, van Hemessen est le fondateur de la peinture flamande de genre et anticipe les proverbes de Bruegel.

Le 1er mai à New York, Christie's vend une huile sur panneau 111 x 128 cm peinte par van Hemessen en 1532, lot 7 estimé $ 4M.

Ce double portrait à mi-corps en grandeur nature montre un homme et une femme dans un intérieur confortable. Richement vêtus, ils appartiennent certainement à la bourgeoisie d'Anvers. Ils sont attablés devant une planche d'un jeu qui est un précurseur du jacquet et du backgammon.

Ces deux personnages discutent un élément du jeu en cours. L'index de la femme est dirigé vers deux dés qui viennent de révéler leur chiffre. Ils se regardent avec un sourire amoureux. Plusieurs éléments, incluant les bagues aux doigts et le coing fraichement coupé pour un partage, évoquent leur mariage. Certains autres symboles sont religieux.