12 avr. 2019

Les Légumes de Luis Melendez

Francisco Melendez était peintre miniaturiste au service de Felipe V. Quand le roi créa la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, don Francisco fut invité à participer. Il se souvient inopportunément qu'il avait suggéré au roi une telle institution quelques années plus tôt et revendique d'en être considéré comme son fondateur. Expulsé de l'académie en 1748, il entraîne son fils Luis dans sa disgrâce.

Luis Melendez était un artiste doué mais comme son père il était arrogant. Les grands thèmes et les portraits de cour lui étant maintenant interdits, il se spécialise dans les natures mortes avec des clairs-obscurs dans la tradition de Zurbaran.

Luis Melendez a réalisé une série de 44 peintures pour le cabinet d'histoire naturelle du prince des Asturies, futur roi Carlos IV, sur le thème unique de la glorification des fruits et légumes produits par le sol espagnol, accompagnés d'ustensiles locaux. 39 d'entre elles sont conservées au musée du Prado.

Ces éléments sont disposés harmonieusement sur une table devant un fond sombre, avec un grand soin apporté au dessin, à la texture et à la lumière. L'artiste a également peint des variantes pour son commerce. Une huile sur toile 37 x 50 cm typique de ce thème a été vendue pour £ 3,5M incluant premium par Christie's le 9 février 2012 sur une estimation basse de £ 2M.

En 1771 et 1772 pour le même prince, Melendez réalise quatre peintures plus ambitieuses, de 80 cm de large, dans lesquelles il dispose les fruits et légumes en premier plan très rapproché dans un paysage espagnol stylisé. Ces oeuvres sont également au Prado.

L'artiste peint dans le même style et probablement à la même période d'autres compositions d'inspiration similaire qui ne sont pas livrées au prince quelqu'en soit la raison. Une huile sur toile 62 x 83 cm montrant neuf artichauts accompagnés de tomates, poires et pois est estimée $ 2M à vendre par Christie's à New York le 1er mai, lot 106.

A nouveau en disgrâce pour son arrogance vers 1776, cette fois-ci après avoir réclamé des prix excessifs pour son art, cet artiste trop doué meurt dans l'indigence en 1780.