14 avr. 2019

Un Coran Mamelouk

La période Mamelouk d'Egypte connait paradoxalement son apogée avec un ancien esclave d'origine Circassienne nommé Qaitbay qui règne de 872 à 901 AH. Général nommé commandant en chef par un très éphémère Sultan, Qaitbay avait été l'homme de la situation par sa réputation de piété et par l'immense richesse qu'il avait accumulée depuis son affranchissement.

Pendant 30 ans Qaitbay a résisté avec succès aux ambitions de ses puissants voisins Ottomans. Malgré sa réputation conservatrice, il savait prendre des initiatives diplomatiques. La girafe qu'il envoya à Florence fut  la seule de son espèce à être vue en Europe entre l'antiquité et 1826 CE.

Il fut un grand bâtisseur. Comme ses prédécesseurs, il dotait ses établissements religieux avec des donations inaliénables identifiées en droit Islamique sous le nom de waqf. Les plus luxueux Corans de son règne sont calligraphiés dans le très grand format 107 x 80 cm appelé Baghdadi.

Le 2 mai à Londres, Christie's vend un Coran complet sur 311 folios sur papier crème semi-Baghdadi 68 x 45 cm, lot 11 estimé £ 500K. Ce Coran n'est pas un waqf et on ne sait pas pour quelle fondation il a été créé mais il est luxueusement dédié au Sultan Qaitbay. Son écriture est grande, facilitant la lecture à haute voix sur un lutrin.

Ce manuscrit est signé du nom personnel et du nom de courtoisie du scribe. Le surnom, al-Maliki al-Ashrafi, atteste d'une double allégeance à un haut personnage non identifié, peut-être simplement pour indiquer qu'il travaille dans l'atelier royal.

Il est daté du 21 Jumada I 894 AH, correspondant au 30 avril 1489 CE. Quelques détails de la réalisation montrent qu'il a été fait dans la plus grande urgence, avec des erreurs ôtées par un simple grattage de l'épais papier et même des omissions dans l'illustration. Cette hâte pourrait être liée à des problèmes de santé du Sultan vieillissant.