12 mai 2019

L'Art Universel de Torres-Garcia

Né à Montevideo, Joaquin Torres-Garcia vient dans l'hémisphère nord avec ses parents en 1891, à l'âge de 17 ans. Après avoir fait la plus grande partie de sa carrière à Barcelone, il revient en Uruguay en 1934. Artiste cosmopolite en relation étroite avec les avant-gardes de Paris, il cherche une expression universelle de l'art qui résulterait de toutes les cultures et de toutes les époques.

En 1903 il avait créé pour Gaudi des vitraux pour la cathédrale de Palma. L'art médiéval est bientôt rejoint par le cubisme de Picasso, qui est une autre façon de représenter l'espace sur une surface plane. Dans son engouement pour le rôle de la géométrie dans l'art, il ira même admirer à New York les structures verticales des gratte-ciel.

L'art abstrait de Mondrian ne lui suffit pas. Il se rapproche de l'idéalisme géométrique de van Doesburg et intègre dans ses conceptions le Dadaïsme et le constructivisme. Il trouve son style de peinture universelle en 1931 en insérant des pictogrammes de style naïf dans une construction, avec une palette de couleurs minimaliste.

Par exemple, Composition Nord positionne dans des cartouches les dessins naïfs d'un poisson, une échelle, une pendule, un coeur, un blason héraldique. Cette huile sur isorel 79 x 60 cm a été vendue pour $ 2,1M incluant premium par Christie's le 20 novembre 2015.

Le 14 mai à New York, Sotheby's vend Construccion en blanco, également peinte en 1931, où l'illustration symbolique inclut deux poissons, une pendule, une plume, un porche de cathédrale, deux fantômes, deux visages pré-Colombiens, une femme. Cette huile sur lin 175 x 90 cm est estimée $ 3,5M, lot 43.

Ces inclusions symboliques dans un art abstrait apportent une lecture nouvelle de l'art tout en étant un chaînon entre Dada et Dubuffet.