6 mai 2019

Maman Longues Jambes

Louise Bourgeois tentait d'interpréter ses relations avec ses propres parents, générant une souffrance qu'elle apaisait par son art à la limite de la provocation sexuelle. De 1951 à 1980 elle tente une psychanalyse. C'est un échec : elle considère que Freud ne propose rien pour les artistes.

En 1994 elle construit une petite araignée en acier de 28 cm de haut qui porte des oeufs en marbre dans un sac sous son corps. Ce symbole de maternité rompt avec l'assimilation faite précédemment par l'artiste de l'araignée avec une prostituée. Cette sculpture, une des toutes premières par Bourgeois sur ce thème, est passée à Sotheby's le 11 novembre 2015 avec une estimation basse de $ 4M.

L'année suivante, à l'âge de 84 ans, elle comprend soudain que la fonction maternelle de l'araignée va résoudre ses fantasmes. Elle sculpte de nouvelles araignées en acier et les édite en bronze, dans des configurations variées : corps bas pour grimper sur le mur ou montées sur de hautes pattes minces.

Le périmètre des pattes est la zone de sécurité offerte par la mère à sa progéniture. La comparaison avec la Lupa Capitolina allaitant Romulus et Remus est pertinente. Les araignées de Louise Bourgeois personnifient sa propre mère, trop frêle mais intensément protectrice. La dimension gigantesque des sculptures, culminant en 1999 avec une Maman de 10 m de haut, résout cette contradiction. Maman porte ses oeufs comme la version d'origine cinq ans plus tôt.

Une araignée de 3,26 m de haut sur un périmètre hors tout de 7,56 x 7,06 m conçue en 1996 a été sculptée en acier et éditée en bronze en 1997 en six exemplaires plus une épreuve d'artiste et une variante en bronze. Le numéro 3/6 a été vendu pour $ 28M incluant premium par Christie's le 10 novembre 2015. Le numéro 2/6 est estimé $ 25M à vendre par Christie's à New York le 15 mai, lot 21 B.