14 juin 2019

Calculs Vénitiens

Né en Toscane, Luca Pacioli reçoit une éducation orientée vers le commerce. Il rencontre (probablement à Urbino) Piero della Francesca, né dans le même borgo que lui. Piero est un des plus éclectiques esprits de la Renaissance, capable d'intégrer dans ses théories à la fois les mathématiques et l'art pictural.

Luca s'établit de façon durable à Venise dans les années 1470, comme frère franciscain. Venise est la cité des marchands. Il y lit les ouvrages de ses plus importants prédécesseurs dont Fibonacci. Il continue à enseigner et prépare une compilation exhaustive des connaissances en termes d'arithmétique, de géométrie et d'étude des proportions, auxquelles il ajoute les meilleures pratiques de comptabilité du commerce Vénitien.

Luca écrit son manuel en langue Italienne et pas en latin, pour assurer qu'il sera bien compris par les marchands. Dédié au duc d'Urbino, il est édité en 1494 à Venise par Paganinus de Paganinis sous le titre Summa di arithmetica, geometria, proporzioni e proporzionalita.

Un exemplaire annoncé en état superbe de ce premier tirage de la première édition dans sa reliure d'origine sera vendu par Finarte à Rome le 20 juin. lot 507.

Leonardo da Vinci achète l'année suivante un exemplaire du même tirage. Sans doute à sa demande, Luca rejoint la cour de Ludovico Sforza à Milan en 1496. La collaboration du mathématicien et de l'artiste est vite interrompue par les guerres d'Italie mais elle est fructueuse, approfondissant et appliquant le concept de nombre d'or. Paganinus publie leur travail commun en 1509 à Venise sous le titre Divina proporzione.

Un exemplaire du second tirage de la première édition de la Summa, imprimé vers 1502 par Paganinus après quelques rectifications typographiques, a été vendu pour $ 1,21M incluant premium par Christie's le 12 juin 2019.