26 juin 2019

La Métamorphose de l'Aiglon

En 1816 Antonio Canova revient à Rome après un long séjour à Londres où son art a enthousiasmé quelques riches anglais. Il rapporte en Italie quelques oeuvres confisquées par Napoléon et est accueilli triomphalement.

La même année son modèle pour une figure de St Jean Baptiste est prêt : il négocie avec un graveur l'édition de cette image. Le premier marbre, réalisé l'année suivante, est acheté par l'ambassadeur de Louis XVIII au Saint-Siège après la défection d'un client anglais.

Le très jeune garçon est nu, assis sur un tabouret entièrement couvert d'une peau d'agneau dont la tête pend sur un côté. Curieusement il a quelques ressemblances avec le Roi de Rome, que Canova n'avait pas rencontré mais dont le portrait par Gérard avait été très largement divulgué.

St Jean est-il l'Aiglon ? On ne saura jamais. Une telle métamorphose n'a pas été documentée par l'artiste, mais une allégorie de la Concorde a perdu une référence à l'impératrice Marie-Louise au moment de la chute de l'Empire. Considérant que l'agneau est l'Agnus Dei, il apparaît que les deux inspirations se sont mêlées. Une référence de cet ovin au berger qui a découvert les jumeaux primordiaux Romains semble trop compliquée.

Le banquier Baring, qui deviendra Lord Ashburton en 1835, commande plusieurs statues à Canova. Ces marbres de la fin de carrière de l'artiste bénéficient pleinement de son savoir-faire exceptionnel, apportant au marbre un toucher sensuel qui évoque une vraie peau.

L'un d'eux est un buste de Lucrezia d'Este considérée comme une allégorie de la beauté. Il a été vendu pour € 2,5M incluant premium par HVMC le 27 avril 2019. L'enfant St Jean, marbre de 65 cm de haut presque identique à la version sculptée en 1817, est estimé £ 600K à vendre par Sotheby's à Londres le 3 juillet, lot 35. Considérant la dégradation de la santé de Canova en 1822 suivie par sa mort le 13 octobre, il est possible que ce second et dernier St Jean ait été terminé par ses assistants dans son atelier.

Baring possédait aussi par Canova un buste de Beatrice d'Este et un buste de la Paix. Il était aussi un patron de Thorvaldsen.