29 juin 2019

L'Armure de Joute

Les chevaliers aiment jouer à la guerre. A partir du XIème siècle les tournois deviennent fréquents. Ils regroupent divers jeux incluant plusieurs formes de combats. Dans ces rencontres, la joute équestre devient prédominante à la fin du XIIIème siècle. Il s'agit d'exploser sa lance contre le casque ou le bouclier de son adversaire. Le vainqueur est celui qui a cassé le plus grand nombre de lances.

Les bonnes âmes du clergé s'offusquent de ces plaisirs mortels. Petit à petit des règlements apparaissent pour apporter quelque sécurité. En France les concurrents sont séparés par une barrière qui évite le choc frontal des deux chevaux au galop. Le bouclier est remplacé par un renforcement de l'armure. Le heaume est prolongé par une spectaculaire bouche de grenouille qui réduit le risque de pénétration de la lance mais obstrue presque complètement le champ de vision du jouteur. Les bouts des lances sont recourbés et émoussés.

Maximilien de Habsbourg qui deviendra l'empereur Maximilien I est passionné de joutes. Il aime être surnommé le Dernier des chevaliers. Deux styles sont pratiqués. Le Gestech est le style européen traditionnel. Le Scharfrennen qui est une spécialité allemande a pour objet de désarçonner l'adversaire.

L'armure de joute connaît son apogée sous le règne de Maximilien, et plus particulièrement à l'occasion des fêtes de son troisième mariage en 1494. L'équipement du Gestech, nommé Stechzeug, est la plus lourde armure du moyen-âge, en raison de l'accumulation des règles de sécurité très au-delà de la souplesse nécessaire pour les armures de guerre.

Pour assurer le succès de ses tournois, Maximilien fait préparer les pièces d'armures qui ne seront donc pas à la charge de ses invités. Plusieurs ateliers en Allemagne du Sud incluant Augsbourg et Nuremberg se spécialisent dans l'un ou l'autre des équipements.

Dans les années 1930 le Zeughaus, un musée lié à l'arsenal de Berlin, assemble un Stechzeug complet constitué d'éléments originaux du milieu des années 1490. Faisant double emploi dans le musée, il est vendu en 1938. Il est estimé £ 500K à vendre par Sotheby's à Londres le 3 juillet, lot 8.