25 juin 2019

Retour sur le Futurisme

En 1961 Look Mickey abolit toutes les définitions préalables de l'art, mettant en valeur la récupération et abolissant la différenciation entre l'image populaire et l'art des musées et des galeries. Dès 1962 Roy Lichtenstein ajoute à son répertoire des ré-interprétations des femmes cubistes de Picasso.

Roy est devenu un grand artiste, puisque tout le monde le lui dit. En 1969, âgé de 46 ans, il a une rétrospective au Guggenheim Museum. Tous les plus grands artistes dont Picasso ont voulu prendre référence sur leurs plus illustres prédécesseurs. Roy ne manque pas d'humour : il fera pareil. En 1972 il commence à peindre des natures mortes.

En 1974 il récupère la décomposition des mouvements par les Futuristes italiens. Imitant une oeuvre créée en 1913 par Carlo Carra, The Red horseman est un cheval au galop avec huit pattes et deux têtes, monté par un jockey en pleine action à quatre têtes.

Le 27 juin à Londres, Phillips vend The Conductor, huile et acrylique 188 x 137 cm peinte par Roy Lichtenstein en 1975, lot 10 estimé £ 4M. Cette oeuvre est une adaptation très libre du mouvement d'une ballerine peint en 1914 par Gino Severini et appartenant à la collection Peggy Guggenheim.

Roy a certainement été intéressé par le fait que Severini a soi-disant été inspiré par Le Chahut peint par Seurat en 1889-1890, montrant l'alignement des jambes de quatre danseuses de French cancan. Il crée ainsi un lien entre le pointillisme post-Impressionniste et ses propres points d'imprimerie, utilisés notamment dans The Conductor.

Roy continue à musarder dans l'histoire de l'art. En 1975 le purisme de Le Corbusier et Ozenfant lui permet d'intégrer dans son art des petits objets de la vie de tous les jours, bouteilles ou dés.