25 août 2019

Etudes de la Terre

Installé à Paris depuis 1950, Sayed Haider Raza exprime la beauté des villages Provençaux. Le lourd impasto est utilisé pour la confrontation des couleurs vives. Contrairement à Riopelle, les éléments topographiques sont interprétables, bien que stylisés.

L'artiste n'est pas satisfait. Dans les années 1970 il fait de fréquents et longs séjours en Inde pour chercher la source de ses émotions. Quand il retrouve les forêts de son enfance dans le Madhya Pradesh, son art devient abstrait.

Le jeu des couleurs et des formes s'appuie désormais sur la promesse de l'aube, quand une lumière bienfaisante succède aux angoisses de la nuit. En 1972, Tapovan, acrylique sur toile 160 x 189 cm, apporte une dimension mystique avec quelques figures qui peuvent être interprétées comme des visages stylisés. Cette oeuvre a été vendue pour $ 4,45M incluant premium par Christie's le 21 mars 2018.

L'expression de La Terre est la quête majeure de l'art de Raza. Un acrylique 189 x 189 cm peint en 1973 a été vendu pour $ 3,1M incluant premium par Christie's le 18 mars 2014.

Le 11 septembre à New York, Christie's vend au lot 182 un acrylique sur toile 175 x 260 cm peint en 1977, également intitulé La Terre. Cette peinture de grande dimension pour cet artiste apparait comme un point culminant de cette phase. Dans l'ambiance sombre animée par des éclats de lumière, la figure au premier plan est une réminiscence des fantômes de Tapovan.

Dans les années 1980, Raza introduit des géométries structurantes dans ses compositions dominées dorénavant par la somptuosité des couleurs et les symboles mystiques Indiens comme le Bindu. La Terre reste un titre régulièrement utilisé, pour bien montrer que la quête fondamentale de l'artiste est la même malgré le radical changement de style.